Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ça coule de source l'eau paye l'eau, le principe était limpide, mais ça c'était avant que l'État ne le ponctionne !

De gros efforts restent à faire pour reconstituer un bon état des eaux qui ont été largement dégradées depuis des décennies en France. Le dernier constat  chiffré que j'ai pu trouvé dépeint une situation où il est permis aux optimistes de dire que le verre est presque à moitié plein, sauf que le regard que je porte sur ces chiffres observe que globalement plus de la moitié des masses d'eaux sont qualifiés comme n'étant pas en bon état chimique ou écologique, ce qui est en réalité un très mauvais bilan. Et ce qui, à mon sens, prouve à quel point cette situation est même encore plus grave qu'il n'y parait c'est que ces mêmes recherches dépeignent un autre constat plus inquiétant encore, cet état semble globalement stable, un état largement dégradé globalement stable et il faudrait considérer cela comme un bon résultat ! 

La "Directive-cadre sur l'eau" est l'évolution la plus aboutie qui répond aux attentes européennes encadrant les buts à atteindre, sur laquelle les 6 agences de l'eau doivent orienter leurs politiques de gestion des mesures à prendre pour, soit maintenir, soit restituer, une qualité jugées suffisante au yeux des institutions, des eaux de toutes nature. (Ne peut-on pas alors que personne n'en fait état se demander si ce qu'attendent comme résultat les institutions est bien suffisant ?)

Pour ce faire, non sans difficultés, un principe à été édicté et suivi, l'eau paye l'eau, tout ce que peuvent dégager comme capacités financières les taxes, redevances, impositions se rapportant à l'eau servent à budgétiser les dépenses à effectuer pour la gestion de l'eau. Bien que cela ne soit pourtant vraiment pas suffisant encore, puisque la France est loin de ses objectifs, auraient-on pu faire plus juste ?

Il faut croire que l'équité et l'équilibre ne sont pas du goût de nos décideurs nationaux actuels, puisque cette balance équilibrée là pourrait-être délibérément rompue, alors même que ce qu'il en résultait en terme de capacité à investir suffisamment pour ramener certaines eaux dégradées à un meilleur état était déjà insuffisant, le choix est fait de siphonner ce budget.

La loi de finance 2018 prévoit de ponctionner près de 20% de ce qui revenait jusqu'ici à l'eau qui ne paierait plus alors que l'eau mais aussi L'Agence Française pour la Biodiversité (AFB) et financerait en partie l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Une situation déjà alarmante, que l'on va donc dégrader plus encore, le pire scénario envisageable que je crois personne n'avait envisagé puisque le principe de l'eau qui paye l'eau semblait imprescriptible, c'était sans compter sur des politiciens voulant rompre avec tous les anciens équilibres, enfin ceux qui et quand ça les arrangent !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article