Le nucléaire est moribond, achevons le avant qu'il ne provoque d'autres catastrophes. RDV à St Lo pour stopper l'EPR et son monde.

Publié le par Daniel JAGLINE djexreveur

Dérapages financier et de délais de construction des futurs EPR d'Hinkley Point aussi, qui pourrait en être surpris, c'est grave mais finalement tellement récurent que ç'en devient une normalité.

Est-ce que ces augmentations de coûts et de délais c'est pour construire des réacteurs répondant vraiment au cahier des charges en terme de sécurité et de sûreté, ou cela ne garantie même pas des résultats finaux sûrs, comme c'est le cas à Flamanville?

Est-il socialement acceptable de mettre en danger les populations avec des centrales vieillissantes et dépassant pour certaines déjà l'age et le temps de fonctionnement pour lequel elle ont été construites?

Est-il socialement acceptable d'autoriser la mise en production d'un réacteur dont on sait que la cuve ne répond pas au cahier des charges sécuritaires minimales?

Comment pourrions nous accepter une telle épée de Damoclès sur l'avenir de nos enfants?

L'EPR de Flamanville ne doit pas être mis en fonction avec une cuve potentiellement faible en certains points, ce serait une mise en danger inacceptable des populations, au délà des délais et des coûts, ce sont les conséquences d'une catastrophe nucléaire qu'il faut selon moi avoir en perspective.

J'irai à St Lô le samedi 30 septembre manifester mon opposition à la mise en service de cet équipement mal construit, et bien au delà de cela c'est la fin la plus rapide possible du nucléaire que j'envisage et que je défends.

Non seulement la poursuite du nucléaire grève les budgets qui pourraient être orientés vers la diminutions de nos besoins énergétiques, les économies d'énergies qui sont les premières mesures les plus importantes à faire valoir, mais les risques de "dérapages" sécuritaires sont gravissimes tant à prolonger des centrales déjà vétustes pour certaines, que construire de nouveaux réacteurs déficients, plus puissants, donc plus dangereux aussi s'il y a défaillance. 

 

 

Commenter cet article