Armer la société civile d'une culture de la coopération, même à la vitesse d'un "Escargot Migrateur" c'est de l'avenir ce que je veux faire!

Publié le par Daniel JAGLINE djexreveur

Nos rencontres les plus importantes sont souvent fortuites, elles ne sont certes pas totalement hasardeuses, car provoquées généralement par des choix préalables qui nous auront ouvert les portes à ces croisements de chemins.

C'est le cas d'une jeune femme, juste croisée récemment, rencontre brève, que je pourrais même encore qualifier d'anonyme, je n'ai même pas retenue sur l'instant le prénom, alors qu'elle est loin d'être anodine, l'une de mes difficultés majeures trouvant là une nouvelle démonstration, une mémoire très défaillante.

Dans le cadre d'une réflexion improvisée sur ce que pouvait bien être cette "convergence" des luttes dont nous sommes nombreux à parler et à espérer une gestation se transformant enfin en incarnation vivante, une intervention que j'ai considéré sur l'instant un brin hors-sujet et même limite racoleuse, présentant non pas une réflexion personnelle mais l'action d'une démarche collective, à tout de même retenue mon attention, rangée sur l'instant dans le tiroir "Il faudra que j'aille voir cela plus tard, ici c'est pas vraiment la question".

Alors j'y suis allé voir, et là j'ai compris que j'avais eu tord, et surement mal compris l'intention, la démarche de "l'Escargot Migrateur", dont je laisse à leur participant le soin de la présenter eux même, va bien dans le sens que j'aimerais voir prendre à la vision que j'ai de la convergence et en plus par des chemins d'éducation populaire dont je prends de plus en plus conscience de l'intérêt.

Nulle révolution ne peut advenir sans prise de conscience collective, quand bien même celle ci reste minoritaire, elle doit atteindre un seuil critique, ce seuil peut-être atteint de diverses manières, les plus rapides mais plus brutales engendrant pour la plupart des réactions violentes qui ne parviennent généralement pas à changer fondamentalement les choses, et quand elle y parviennent les résultats ne sont pas durables.

C'est donc bien dans l'action non-violente et par l'éducation populaire que les seuls changements pérennes peuvent advenir, mais ça prend du temps, beaucoup de temps, de patience, on pourrait effectivement dire que ça ne peut avancer qu'à la vitesse de l'escargot, que ça ne peut s'insuffler que par petites touches, que ça ne peux s'insinuer que par bribes, que ça ne peut s'incruster que par fragments.

Il nous faut apprendre ou réapprendre et transmettre la coopération, le partage, le collectif par l'éducation et l'apprentissage.

Je ne sais pas si véritablement ce que j'ai fais jusqu'à présent solitairement et individuellement, pour exhorter à un rapprochement des idées et démarches de convergence des luttes a été effectivement contre-productif voir contrariant comme l'exprime la devise de l'un des participant " Ce que tu fais pour les autres sans les autres, tu le fais contre les autres. " je ne le crois pas, mais ce qui est sûr c'est que je ne suis arrivé à aucun résultat probant, si donc la démarche individuelle ne suffit pas, et ça je n'en ai jamais douté, c'est bien à travailler à l'esprit de coopération qu'il faut s'atteler.

On ne sait rien mieux que ce qu'on découvre soit même, on est jamais plus transformé que par quelque chose qui nous convainc de l'intérieur.

Commenter cet article