Toujours plus tôt, toujours plus vite, l'humanité engloutie, vorace au delà des limites. Pas de seconde terre à l'horizon pourtant!

Publié le par Daniel JAGLINE djexreveur

Chaque années je diffuse le résultat de cette étude, si je suis conscient qu'elle n'est qu'indicative, comment se peut-il qu'elle ne provoque tout de même pas plus de réactions?

Elle vient confirmer tout un lot d'autres recherches et constats qui tou.te.s avalisent la sur-exploitation, et la sur-consommation inévitablement catastrophique à terme.

Alors quoi aurions nous définitivement annihiler tout notion d'avenir, pour ne garder que le présent, parce que c'est bien ça le risque, réduire à néant les capacités pour l'ensemble des humains de perdurer, d'avoir accès aux ressources naturelles qui, quoi qu'on en pense et quelque soit ce qui nous aveugle sont indéniablement et vitalement la base et la source nutritionnelle et fondamentale de l'humanité?

Alors bien sûr il est tout à fait possible que toute vie humanoïde ne s'éteigne pas, même dans le pire des scénarios, et que ça et là quelques individus ou communautés mieux préparées, plus résilientes, survivent et s'adaptent, certain.e.s s'y préparent d'ailleurs de différentes manières, et avec des moyens fort différents, en fonctions des projections qu'ils se font du chaos à venir, mais est-ce bien cet avenir réduit à la survie d'un nombre restreint et privilégié qui serait la finalité confuse et disparate de l'histoire humaine?

 

Commenter cet article