Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Amnésie environnementale et extinction d'expérience de nature, ou l'oubli de son état naturel de vie et du lien à la terre.

La traduction la plus populaire qui me vient à l'esprit en préambule serait peut-être l'adage qui dit "Loin des yeux! Loin du cœur!", car, bien que celui ci ait trait à l'origine aux rapports humains, il image bien l'idée sous-jacente de ce qui va suivre.

A force de vivre loin de la nature on s'en trouve déconnecté, il n'y a donc rien d'étonnant qu'alors on en ressente plus le caractère essentiel et primaire.

Une forme de dégénérescence psychologique s'installe de fait et enfle plus la distance s'amplifie,  tant sur le plan du cadre de vie où s'installe pour la plupart une extinction d'expérience de la nature,  que par les filtrages des outils technologiques qui pourtant semblent maintenir une forme de lien, alors qu'il n'est plus que virtuel.                 

Peter Kahn

Peter kahn, Psychologue, professeur en environnement au                  

"College of the Environment" à l'Université de Washington, introduit 

le concept d'"Amnésie environnementale générationnelle"

sur lequel se base les travaux de

Anne-Caroline Prévot

 

Anne-Caroline Prévot, chercheuse au CNRS, dont les travaux sont cités dans l'article qui, me faisant découvrir cette approche, m'a incité à choisir ce thème comme sujet du jour.

Cet article de "Télérama", une fois n'est pas coutume, auquel je n'ai pas un accès total, car je ne suis pas abonné, s'intitule :

"Moins on est en relation avec la nature, plus on l'oublie"

Pour la chercheuse, comme pour le psychologue l'idée serait donc de tout faire pour rendre possible ce retour à l'immersion, à minima ponctuelle, sans contraintes de l'humain dans une nature la moins dégradée possible, faute d'être restée vierge de l'activité humaine.

Je ne partage pas totalement ce que me semble être certaines analyses et intentions, mais il y a une approche que je trouve tout de même intéressante.

Jusque là j'oserais dire qu'il n'y a rien de que très logique, l'évolution de nos sociétés  consuméristes, technologiques et scientistes, où les villes aspirent les masses, explique sans difficultés cet éloignement et ce fossé qui s'est creusé entre une partie des humains vivant dans les parties les plus riches du monde, pleines d'immenses privilèges, mais orphelines du lien direct avec la nature et tout ce quelle représente et fonde.

Sauf que cet état de fait n'est peut-être pas fortuit, chacun.e se fera son avis.

Serait-ce que presque inconsciemment, les choix sociétaux déterminés seraient à l'origine et aux manœuvres de cet éloignement "organisé", c'est en tout cas la possible décadence subtilement structurelle qu'envisagent certains observateurs, et l'exemple jugé révélateur qui en serait l'expression vous étonnera sans doute autant qu'il a pu me surprendre au premier abord, et pourtant!

 

Provoque la plus grande exportation massive et sauvage de poisson-clowns
Représentation animée des studios Disney d'un poisson-clown.

L'amnésie environnementale générationnelle organisée" accompagnée et diffusée par ...Les studios Disney, info/intox? Complotisme/simple orientation commerciale? Paranoïa/lucidité?

L'allégation à de quoi surprendre et interroger!

Faute de vrais contacts, de vrais liens réels avec la nature, on se réinvente l'essence de la vie en en évinçant les fondements et la naturalité, et à ce compte là, la nature perd sa place de matrice et de source de vie, pas étonnant alors qu'on perde effectivement le cordon ombilicale virtuel qui devrait maintenir l'union essentielle entre la source de vie et ce qui en émane!

Point n'était besoin d'attendre un concept du XXèm pour prendre conscience de cela, nos ancêtres, toutes les peuplades des nations premières ou peuples racines, qu'ils soient amérindiens du nord ou du sud, aborigènes d'Australie, indigènes aux multiples ethnies africaines, peuples anciens d'Asie, etc etc, tou.te.s connaissent cette vérité de manière viscérale, que rompre le lien avec la nature c'est briser ce qui nous lie avec notre source de vie.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article