Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

100 ans ou 1000 ans pour quitter la terre? Vivre dans l'espace ou sur une autre planète? Anticipation ou fiction?

Stephen Hawking est-il un visionnaire ou sa vision est-elle chimérique?

L'être humain devra-t-il quitter cette terre dont il est une émanation? Cette terre que je voudrais voir protégée, choyée, pérennisée, et là je ne peux qu'accorder du crédit à cet homme reconnu pour être un célèbre physicien des trous noirs, en ce qui concerne ce que l'humain inflige à son vaisseau naturel de l'espace, oui il risque de provoquer les conditions de son incapacité à survivre sur sa terre!

L'humanité n'aurait donc selon lui pas d'avenir si elle ne va pas dans l'espace, comprenez à terme coloniser une autre planète!

Dans 100, 1000, ou 10000 ans... Serait-ce inéluctable? Cette terre vouée à n'être qu'un foetus, oubliée, sacrifiée comme l'éphémère enveloppe embryonnaire d'une entité destinée à s'extraire de son oeuf!

Je n'arriverais jamais à me résoudre à un tel scénario, quand j'envisage un tel récit je ne peux que me heurter à la première question qui m'arrive à l'esprit, combien faudrait-il alors de temps à l'humanité pour rendre invivable cette autre deuxième planète? 

Si l'humain ne cherche et ne trouve pas les solutions pour garder sa terre natale vivante et vivable, comment pourrait-il respecter quelque autre forme de vie dans l'univers?

J'ai longtemps garder une citation d'un certain Ian Mac Milan comme signature de mail :

« Ce qui compte dans la sauvegarde des condors et de leurs congénères, ce n'est pas tant que nous avons besoin des condors, mais que nous avons besoin des qualités humaines nécessaires pour les sauver. Ce sont précisément celles-là mêmes qu'il nous faut pour nous sauver nous-mêmes. »

Ian Mac Milan

On peut remplacer les condors par n'importe quelle forme de vie, y compris celle de la terre, la vérité fondamentale reste identique!

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article