Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pourquoi je vais finalement m'abstenir de ne pas voter !

Je sais, pas facile à suivre et à comprendre quelqu'un comme moi, susceptible de revirement, de changement d'opinion, de remise en cause permanente de ce en quoi je crois, de ce que je pense bon et utile de faire ou de ne pas faire, apte à changer mon analyse de certaines situations ou de quoi que ce soit qui touche à l'existence.

Encore pire quand j'estime que parfois il est peut-être préférable de ne pas suivre forcément sont propre instinct, ses seules "convictions", quand on constate que certains éléments semblent vous démontrer que votre choix sous-tend des conséquences possibles qui ne répondent pas plus à ce que vous souhaitez obtenir.

Hier matin encore je pensais ne plus voter, oui je dis bien ne plus, car cela aurait-été une première, je considère que la tournure qu'a pris le système électoral et surtout la professionnalisation des "représentations" politiques n'est plus acceptable, qu'il faut sortir de cet engrenage qui dénature totalement l'idée même de démocratie.

Seulement voilà, cette option de l'abstention que je voulais "politique" n'est absolument pas comprise comme telle, tous les échanges que j'ai pu avoir à ce sujet avec un bon nombre de personnes très différentes, m'ont prouvé que le choix de l'abstention est toujours considéré comme un abandon, un irrespect, un manquement, déconsidéré, dénaturé, galvaudé, bref absolument pas compris comme ce dont je voudrais qu'il soit l'expression, alors à quoi bon, si le message que l'on veut faire passer n'a aucune chance d'être reçu comme tel, ça c'est le premier point qui s'est vu hier plus encore démontré par quelques échanges.

j'avais et j'ai aussi toujours à l'esprit cette distorsion qu'il y a à espérer des changements radicaux, et la naissance de bouleversements majeurs volontaires ou en tout cas acceptés par le plus grand nombre, alors que l'inertie sociétale est telle que cet espoir là est encore à classer au rang des utopies. Le billet intitulé "Pour changer la société, nous devons être des millions, pas une poignée de radicaux" exprime ce fait qui fait parti des convictions profondes qui m'habitent, il faut partir d'où nous sommes, et pas d'où nous aimerions être.

L'un des échanges en particulier avec des militants libertaires avec qui je partage quelques moments depuis quelques temps, m'a bousculé hier, lorsque de la part de l'une d'entre-eux, la possibilité d'aller voter malgré ses idées, lui était envisageable, vue les circonstances.

Ce qui à fini par me convaincre de ne pas m'obstiner à tenir une position que je percevais de moins en moins confortable, car ne correspondant pas vraiment à mon fort intérieur, mais plus à une intellectualisation de mon espoir de tout bousculer, à été le visionnage de l'intervention de Xavier Renou, que j'ai découverte hier, qui vient s'ajouter au nombre important de mes connaissances, qui soutiennent également le mouvement des insoumis. 

Ce ne sera pas par conviction, ce sera même pour moi, outre que le fait de voter à tout de même perdu beaucoup de sens à mes yeux, proche de la notion de vote utile, qui par ailleurs ne me semble pas judicieuse. C'est vous dire que je contreviens à plusieurs de mes opinions récentes, ce ne sera pas pour le candidat, envers qui j'ai de nombreuses réticences, ce ne sera pas pour tout le programme, car certaines visions de la politique étrangère me sont étrangères, ce ne sera donc pas un vote du cœur.

Pire encore, alors que je dénonce sans cesse les sondages, que je sais trompeurs, que je sais manipulateurs, que je sais artificieux, comment ne pas en tenir compte, comment ne pas se laisser aller à imaginer l'inimaginable il y a encore quelques semaines, et si un programme vraiment à gauche de l'échiquier politique avait une chance d'être porté par une foule de citoyens qui ont une petite chance ensuite d'avoir l'oreille plus attentive que jamais de celui qui en portera le projet !

Plus loin dans l'ordre de mes arguments ce soutien d'économistes que j'écoute par ailleurs et que je prends en référence souvent quand à leurs analyses de notre système financier, et qui donc cautionne la pertinence du programme économique.

Voici donc pourquoi, entre-autres, contrairement à ce que j'exprimais il y a seulement quelques jours, j'irais voter dimanche, le bulletin dans l'enveloppe sera celui de Jean-Luc Mélenchon, pas par conviction, mais comme l'espoir, le rêve, d'ouvrir, qui sait, la voie d'une autre direction possible, en partant de là où nous sommes vraiment, et avec toutes les imperfections, que cela augure et peut faire craindre. 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article