Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'équivalent de la dette est évadé dans les paradis fiscaux.

Ce qui fonde l'austérité est en grande partie causé par une dette dont au moins une partie est illégitime. Cet endettement chronique tient au système capitaliste lui même, il en est un effet intrinsèque, sans dette pas d'investissement.

Qu'un pays soit endetté est donc normal et nécessaire, décider du taux unique de dette acceptable ou pas est arbitraire, car chaque pays est différent et donc différemment en mesure de les assumer ou pas.

Ceci dit, le fait est que ce taux de 3% est établi et communément considéré comme la ligne rouge à ne pas franchir, ok, questionable, mais basons nous sur ce postulat, de toute façon on a pas le choix !

Par contre, des choix pour limiter cette dette on en a, enfin celles et ceux qui peuvent et doivent prendre des décisions réellement efficaces dans ce sens en ont, l'une d'elle et pas des moindres, serait de récupérer tous les impôts qui sont dû potentiellement à l'État.

A écouter certains de nos dirigeant et des économistes qui les conseillent, il faut s'attaquer aux fraudeurs, il faut les pister, les contraindre à honorer leurs devoirs envers la nation. Difficile de ne pas être d'accord, sauf qu'il y a un hic, de fraudeurs ils n'en vissent que certains, que quelques catégories, et tient, comme par hasard, celles et ceux auxquels ils pensent et qu'ils stigmatisent, celles et ceux qui tricheraient ou organiseraient des indus ne sont que les citoyens qui touchent diverses aides, à celles et ceux là, pas de rémissions pas de décote, pas de ristourne, s'il sont découverts ils doivent tout rendre ou tout acquitter, normal me direz-vous !

Ok normal, mais alors, et les autres, ces autres qui fraudent à des hauteurs telles que... Que bizarrement, pour peu qu'ils reviennent à de meilleures dispositions ou qu'on les déniche, eux ne rendent pas tout, au mieux une infime part de ce qu'ils ont mis à gauche, le reste, il le garde et reçoivent alors, non seulement l'absolution, mais presque les honneurs pour une part d'entre eux ?

Si l'évasion fiscale était annihilée, et bien qu'elle représente un montant estimé à une hauteur équivalente à la dette, au vue des circonstances actuelles, son recouvrement, à l'aune des procédés en cours, ne couvrirait qu'un faible pourcentage de ce qui devrait revenir dans les caisses de l'État, elle en sont où la justice fiscale, et l'égalité de traitement !

Cette situation est-elle pour autant inéluctable et acceptable ?

Moi je pense que non.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article