Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'enfermement sociétal des femmes dans des conditions stéréotypées perdure, osons l'égalité féminine.

Une fois de plus je me laisse dicter le sujet que j'aborde par l'actualité étriquée qui me parvient et sur laquelle je fais le choix de prendre le temps de m'arrêter, ces choix bien sûr résultent arbitrairement des thèmes auxquels je m'intéresse d'avance la plupart du temps, ou plus rarement qui éveille ma curiosité.

Aujourd'hui ce qui s'est imposé à moi c'est la place des femmes, le rapport et la relation que nous avons dans notre pays en particulier puisque c'est le seul que je connais un peu et dont je peux légitimement questionner l'état.

Le thème est d'une telle difficulté que j'hésite même parfois à l'aborder, en effet ce n'est pas la première fois que j'ai envie de m'épandre sur cette interrogation, pourquoi au XXIèm est-il encore concevable de constater l'inégalité entre hommes et femmes ?

Je n'ai aucune réponse à apporter, obligé que je suis de reconnaître que malgré tout le travail que j'ai déjà essayé de faire sur moi, je suis loin d'être exemplaire, ou alors si, mais pas pour étayer une possible victoire acquise sur les conditionnements conscients et inconscients dont je suis aussi victime autant que je suis coupable de ne pas savoir m'en extirper.

La femme est en tout point en droit intrinsèque de recevoir la même considération que l'homme, je ne nie pas les différences essentielles, je dis qu'elles, ces distinctions, ne sont en rien légitimes pour en établir une quantification, une hiérarchisation ou une supériorité fondamentale, ces considérations sont des constructions sociétales.

Pour beaucoup cette seule affirmation suffit sans doute à provoquer une réaction de dénégation, et ça c'est déjà révélateur !

Bien que conscient du fossé énorme, que dis-je du gouffre qu'il y a entre notre société et un monde égalitaire tel que le revendique légitimement la plupart des féministes, j'ai été sidéré par la description de ce que vivent par exemple ces femmes qui osent "s'aventurer" sur internet, et s'exposer ainsi aux réactions que je ne sais qualifier, qu'elles soient remerciées pour leurs témoignages. 

Alors bien sûr ce documentaire n'évoque que ce qui se passe pour les "Youtubeuses", mais qui oserait prétendre que ce n'est pas là le reflets de ce qu'est réellement notre société, et ça me mine de devoir dire cela, et ça me surprends aussi, car je suis abasourdi de ne pas en être aussi conscient qu'il le faudrait pour que cela provoque en moi l'aversion que cela devrait générer.

Mes propres conditionnements sont de mauvais filtres !

Ce documentaire à lui seul ne m'aurait peut-être pas incité à me lancer dans ce plaidoyer si je n'avais lu aussi, à peine quelques minutes après, ce qui va suivre, dont j'extrais cette phrase qui arrive dans l'article comme une forme de conclusion, et qui dit : " Inédite dans sa méthodologie, cette étude vient compléter une longue série d’études montrant la valeur ajoutée des femmes dans les conseils d’administration en matière d’assiduité et de monitoring, mais aussi leur plus grande sensibilité aux questions sociales et environnementales".

Il va sans dire qu'il n'est pas systématique que toutes les femmes soient l'incarnation de meilleures dispositions en terme de sensibilité aux questions sociales et environnementales, j'ai bien quelques exemples en tête, dont un d'actualité, mais je vais les taire ici, j'en ai eu maintes fois la preuve et ai vécu des expériences privées et professionnelles qui me l'ont démontré et m'en ont convaincu, au point que j'ai pu exprimer souvent que les femmes étaient bien égales aux hommes...mais pour de très mauvaises raisons ! Parce qu'en effet en terme de violence ou d'injustice ou de partialité de traitement, etc etc, une femme au pouvoir est potentiellement tout aussi décevante, abominable et exécrable qu'un homme !

Les femmes sont nos mères, est-ce que cela ne devrait pas suffire à leur porter une toute autre considération que ne le fait la construction sociétale dans laquelle on baigne et qui nous a englouti et noyé dans les sombres tréfonds mal marinés qui nous aveuglent et nous séparent.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article