Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le pouvoir de l'ombre des économistes orthodoxes met les politiciens sur la touche.

Il y en a pour penser que l'économie serait une science exacte, avec des règles et des fondements inattaquables et inviolables, c'est d'ailleurs ce que tentent de faire croire les économistes orthodoxes, ceux de l'école de l'économie de marché, qui monopolisent les oreilles de l'immense majorité des décideurs actuels en France et à peu près sur toute la planète, mais il n'en est rien.

Plusieurs courants se contredisent, et les contradictions sont nombreuses, ceux qui ont pris le pouvoir voudraient qu'on ignore que leurs choix orthodoxes, pour reprendre la terminologie qu'on leur attribut, ne sont qu'une option, qu'elle n'est pas la seule possible, et que d'autre alternatives existent.

Mais cette idéologie de l'économie, parce que c'en est une, dont on devrait être les sujets, si l'on écoute la pensée u(i)nique des vassaux de l'orthodoxie croissantiste néolibérale qui sont les conseillers privilégiés des hommes dit de pouvoir, a détourné l'argent du rôle qui aurait pu être le sien, et pourrait toujours l'être, un outil au service des humains et pas l'inverse.

Une autre voie serait possible, il faudrait faire d'autres choix que les maîtres actuels veulent empêcher coûte que coûte, au risque d'y laisser la terre et la capacité de survie de l'humanité, en occultant la spécificité de la nature, d'une part et en refusant que des alternatives soient envisagées. 

Quand on y regarde bien les vrais détenteurs des pouvoirs sont en coulisses, ils œuvrent dans l'ombre, orientant les décisions politiques selon leurs bons gré, au travers tous les  rouages inamovibles et constants des ministères, des grandes écoles comme l'ENA qui les forme tou.te.s, et des cabinets ministériels, ces vrais possesseur des clés et des décisions sur le long terme, ont décidé de passer à autre chose, mettre directement leurs représentant sans plus d'intermédiaires aux affaires politiques, comme ils ont déjà mis leurs ambassadeurs partout ou s'exercent les pouvoirs.

La candidature de Emmanuel Macron en est l'expression, j'en suis convaincu, il est l'archétype de cette vision du monde ultra-libéral économico/banquier, aux autres j'ai quantités d'autres reproches et aversions à proposer, à son sujet, une seule, mais de taille, il est au service exclusif de notre pire ennemi la finance, et cette seule raison suffit à le disqualifier.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article