Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et si c'était finalement son coût qui ruinait et mettait fin au nucléaire civil ? Restera le prix à payer des déchets !

Découlant de ma viscérale indignation à constater l'irrationnelle attitude de la race humaine, prisonnière de ses systèmes économiques, vis à vis de la terre nourricière, et de son propre avenir, mon aversion pour l'énergie nucléaire n'a fait que croître depuis que j'en ai compris les dangers potentiels.

Sans même envisager une catastrophe dont les promoteurs eux mêmes ne nient plus la probabilité en France, les coûts du nucléaire ont été minimisé depuis ses tout débuts.

Les conséquences sanitaires, si elles ne sont pas neutre en fonctionnement normal, ne permettraient jamais de s'opposer au nucléaire, par contre tout accident majeur bouleverserait totalement toutes les données, tant sur le plan de la santé des populations touchées, que sur le plan économique, on sait donc que l'accident est possible et plus on prolongera la production des centrales, même mises aux nouvelles normes de sûreté, plus le taux de probabilité augmentera. Ais-je besoin de dire que faute de pouvoir invoquer et m'en remettre à aucun dieu dont j'aurais l'attention, je mets toutes mes pensées en impulsion pour que cela ne se produise pas.  C'est donc bien pour ma part ces risques la que je crains et que je redoute, ceux qui touchent au plan économique sont à mon sens secondaires.

Mais ce monde est soumis à l'économie, si donc les arguments sécuritaires ne font pas le poids, pas même quand on évoque l'impréparation des démantèlements qu'on repousse faute d'avoir les compétences pour les orchestrer et dont on se démet de la responsabilité en la léguant aux générations futures, ni quand on s'arc-boute sur une non-solution dont la non-viabilité est prégnante et qu'on s'illusionne sur une fausse issue en ce qui concerne la gestion des déchets les plus dangereux, les conséquences financières y parviendrons-t-elles ?

Je n'en suis évidemment pas sûr, mais dans un pays dont les décideurs politiques passés, actuels, et très probablement futurs sont pro-nucléaires, au prétexte d'une production énergétique faussement décarbonée, et artificiellement moins cher, l'argumentation efficiente pourrait être celle qui touche au porte monnaie !

Le gouffre financier de la filière nucléaire, si on additionne bien toutes les vrais factures, de conception, de production, de prolongation, de démantèlement, et de gestion des déchets pourrait devenir le raisonnement et la thèse prioritaire à brandir en opposition au dogme nucléocrate.

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article