Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

S'extraire et se désolidariser, vers des solutions isolationnistes, les autres deviennent trop limitants.

De l'individualisme à l'égoïsme il n'y a souvent qu'un petit pas qu'heureusement la plupart se garde de franchir, quand bien même les sociétés dites "civilisées" qui sont les nôtres, organisent pourtant tout pour favoriser l'égocentrisme et la compétition.

La plupart des humains résistent, à tel point même que de nombreuses formes de solidarité ou de partage renaissent ou s'amplifient. Mais à l'inverse il y a des cas individuels pour la plupart, mais aussi des groupes d'individus qui poussent au paroxysme la séparation de ce que l'on peut concevoir comme le corps d'une communauté de vie qu'est un pays ou même plus largement du monde, vous comprendrez tout à l'heure pourquoi j'envisage ce niveau là !

Cela ne prend généralement qu'une forme de concentration vers soi ou son proche entourage qu'est la famille de ses moyens financiers ou matériels, tout en participant tout de même, à minima mais sans s'y soustraire, à sa contribution aux divers impôts ou taxes qui font ce lien sociétal d'association à l'intérêt général que nécessite une organisation structurelle comme celle des États-nations aux systèmes redistributeurs. Mais parfois cela conduit à des formes extrêmes de désolidarisation, celle de celles et ceux qui commencent par retirer une part de leurs revenus ou valeurs des circuits d'impositions et de redevances, sous diverses formes comme l'évasion fiscale que j'ai évoqué récemment, et finissent par s'y dérober totalement, à l'instar des sociétés industrielles dont les systèmes de soustractions sont nombreux et variés.

Pas nouvelle mais en augmentation la fuite de certains contribuables, et bien évidemment pas les moins riches,  hors de nos frontières, qui, si elle n'est pas qualifiée d'exode massif, retire tout de même des sommes conséquentes aux capacités de l'État. À celle ci s'ajoute un autre exode, celui des cerveaux, qui restent, en ce qui concerne la France assez mesuré, mais tout de même loin d'être positif, et soustraient là aussi une forme de valeur.

De ces retranchements, on peut relativiser en se disant qu'indirectement, par leurs consommations, ces humains contribuent tout de même à nos sociétés qui sont en liens commerciaux permanents, alors est-ce si néfaste ?

Si l'on s'en tient à porter un regard national sur cette situation on peut la considérer comme déplorable, mais on pourrait se dire qu'il ne peut y avoir pire.

Sauf qu'il pourrait y avoir pire et j'en arrive à ce qui à motivé cette réflexion du jour, en effet en voilà qui envisagent de s'extraire du monde ! Mais comment cela, vous dites-vous certainement ?

En se construisant des îlots apatrides !

J'avais évoqué il y a quelques temps ces projets de créations d'îles artificielles,  sans me douter un seul instant encore que celles ci pouvaient devenir plus encore, ou pire encore, que de simples moyens d'isolement et de protection physique pour nantis et privilégié.

En voilà pour imaginer en faire également des moyens de soustraction au monde tant en terme de fiscalité que d'indépendance et de retrait face aux lois nationales quelles quelles soient !

S'extraire du monde, en tirer profit sans rien vouloir lui devoir, ou sans en accepter aucun cadre.

La porte ouverte au meilleurs possiblement, comme au pire éventuellement !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article