Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'électricité 100% renouvelable, bas carbone, sans nucléaire, c'est possible, ça à un coût certes, mais comparé à ce que nous coûtera le dogme actuel !

La pire des options, qu'on en accepte l'évidence ou pas, serait de rester sur l'utilisation et la production actuelle d'énergie, il n'y a pas à tergiverser, tous les analystes non inféodés aux lobbies des industries fossiles et fissiles le constatent et le mettent en évidence.

Continuer sur la voie prise depuis plus d'une centaine d'année est destructeur et suicidaire, tous les chiffres importants en terme de capacité à perdurer un milieu durable, des écosystèmes qui puissent se perpétuer, des conditions de vie supportables, démontrent les effets délétères de la vision productiviste/consumériste seul objectif d'un paradigme économiste capitaliste dont l'existence prônée comme inéluctable, à en plus perdu de vue l'objectif de progrès commun et partagé qui était acceptable lors de sa conception mais qui à dégénéré progressivement en accaparement privatif individualiste.

Poursuivre sur cette voie augure un avenir chaotique, cela aussi est occulté, nié, là aussi toutes les études en établissent l'hypothèse, plus nous repoussons l'échéance inexorable de changement drastique de mode de vie plus nous prenons le risque pour les générations futures et mêmes actuelles dans certains territoires, de subir des conditions à la limite de la survie à moyen et long terme, voir d'impossibilité totale de survie.

Deux formes de "décroissance inévitable" sont donc possibles, celle qu'il faudra subir par la force des choses dans la poursuite illusoire d'un accroissement aveugle idéalisée, ou celle choisie et orchestrée d'une atténuation volontaire et canalisée.

Une caricature courante vise à décrédibiliser outrancièrement et injustement l'hypothèse de décroissance, ou de retour à une simplicité volontaire, projetant l'image d'un "retour à la bougie" dès qu'un scénario de remise en cause du système consumériste est abordée, la probabilité la plus grande de subir un déclin majeur et décisif n'est-elle pas en réalité de voir ce système s'écrouler et péricliter dans une confusion et une inorganisation totale ?

La consommation de ressources et la pression environnementale actuelle n'est pas durable, c'est un fait avéré, ne pas le regarder en face ou en nier le constat est pire folie que de chercher comment sortir de cet engrenage néfaste.

Négawatt affine son scénario, et comme les projections escamotées de l'Ademe qui dessinent elles aussi une scénographie approchante et réalisable, esquisse en 12 points-clés un avenir tout autre, c'est un choix à faire, un choix.

Les décideurs ont donc le choix, ils ne pourront pas dire qu'ils ne savaient pas, c'est en toute connaissance de cause qu'ils vont opter pour une direction ou une autre, ce choix ne mériterait-il pas d'être tranché par les citoyens ?

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Haroun 30/01/2017 06:39

Bonjour,
La protection des oligarques et des groupes qu'ils manipulent au détriment des peuples est plus intéressante pour les gouvernements dont les membres tirent leurs prébendes et financements occultes.
Les énergies renouvelables sont notre avenir et celui de notre espèce mais la vision à court terme de ces chercheurs de profits les fait négliger notre survie et la leur aussi. C'est ce qu'on appelle utiliser son intelligence à son désavantage.

Daniel JAGLINE djexreveur 30/01/2017 07:39

D'où ce souhait formulé, de questionnement des populations, puisque les "représentants politiques" sont devenues des commerciaux du grand business !
Dans l'état actuel des choses ce ne pourrait-être que par référendum, mais comme vous le savez, je milite et encourage à ce qu'il soit bouleversé cet "état actuel des choses", et qu'une vrai démocratie citoyenne émerge, auquel cas avec une nouvelle constitution l'une des premières décision collective devrait concerner ce choix possible sur le plan de la vision sociétale et donc aussi énergétique que la population envisage vraiment.