Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Je n'ai jamais autant travaillé au service de la société et de mes concitoyens que depuis que je suis sans emploi !

J'ai changé d'employeurs et de métiers plusieurs fois dans mon existence, ayant commencé tôt cette vie de travailleur (à peine rémunéré) à l'age de 14 ans et demi par un apprentissage, pendant lequel je n'appris en réalité pendant les 18 premiers mois qu'à accepter le sort de larbin qu'on me faisait découvrir et dans lequel on aurait voulu me cantonner.

Ce sort et la sensation rapide que la vie qui me semblait prédestinée ne m'apporterait pas la liberté que j'avais en rêve me portèrent à rapidement sortir des sentiers qu'on avait tracé pour moi, et sur lequel le milieu social dont j'étais issue devait me maintenir par mimétisme.

Alors j'ai fais le choix et vécu d'autres expériences, marginales, entrecoupées de petits boulots pendant quelques années, puis quelques emplois, entrecoupés de petites expériences, moins marginales, ou période de chômage, avant de finir par trouver un premier poste à plus long terme, puis un autre encore plus "sûr" et par accoutumance et découragement m'installer.

Puis ce fut l'intégration de la "normalité", fonder une famille, faire des emprunts, construire un maison, m'établir pour finir par rentrer dans le rang, oublier mes rêves, et me faire happer par ceux que cette société veut nous amener à avoir en nous imposant son monde et ses modes, sans jamais vraiment y trouver mon compte, de dépit, et aussi par faiblesse je dois le reconnaître.

Dans un sursaut de bravade, un peu par défi, j'ai pris la décision il y a bientôt trois ans, de rompre une nouvelle fois un CDI dans le cadre d'un plan de départ volontaire que jouxtait un plan social de l'entreprise dans laquelle je venais de brader 16 ans de ma force de travail, et de mon investissement à participer à une construction sociétale dont je concevais de mieux en mieux les achoppements et les imperfections.

Me voilà nouveau diplômé, sans expérience dans un domaine que j'ai voulu choisir afin de finir ma vie professionnelle dans un secteur d'activité qui corresponde avec mes convictions environnementales, les métiers de la protection et de l'assainissement de l'eau .

Seulement voilà, même avec un vécu diversifié et prouvant mon adaptabilité de travailleur maléable de presque 35 ans de pratique salariale, l'inexpérience qu'accompagne le titre de «Technicien de Traitement de l'Eau", intitulée de mon CV actuel, entache un profil qui ne correspond plus à ce que le marché considère comme un bon investissement. L'age, qui signe définitivement mon éviction de la liste se réduisant d'années en années des profils recrutables, scelle le dernier boulet que je vais traîner comme une enclume jusqu'aux derniers trimestres de cotisations retraites qui me manquent pour prétendre à un retrait bien mérité de ce système de ponction de votre énergie.

Y arriverais-je ?

Chaque jour qui passe m'oblige à en douter de plus en plus, mais paradoxalement je considère n'avoir jamais été aussi utile à la société que depuis que je n'exerce plus d'emploi. Investissement dans des collectifs citoyens, associations, écriture, relais d'alertes, préparations d'actions militantes, projets de créations diverses d'activités en lien avec la solidarité et le partage, je ne me suis jamais senti aussi nécessaire et fructueux. 

Seulement ce n'est pas cela qui permettra, sur le plan pécuniaire, de sécuriser mes vieux jours, et encore moins ceux de ma famille. 

Mais comment vous dire ! L'enrichissement social et humain que me procure tout ce temps libre consacré à chercher et mettre en place des choses utiles pour mes semblables, un peu comme une retraite avant l'heure (je plaisante !), vaut tous les travail, même de rêve, du monde, et je peux vous garantir qu'entre l'activité salariale rémunérée et le bénévolat actif mon coeur ne balance pas.

Autant vous dire que pour moi la question de redéfinir ce qu'est le travail et l'emploi, est devenu une question essentielle et cruciale !

La question est complexe, je n'ai pour ma part aucune certitude sur les méthodes ou les solutions offrants les meilleures perspectives,  je ne défends et préconise encore aucune piste plus qu'une autre, je sais juste que le modèle actuel n'aura pas de solutions pérennes et surtout pas pour tout le monde, alors il va falloir en construire un autre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article