Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Évasion fiscale, un thème central et essentiel à résoudre. Sans reprise en mains des rouages économiques, point de solutions dans ce modèle !

Contrairement à la fraude fiscale qui, par définition, est illégale, il ne faut jamais perdre de vue que l'évasion fiscale, elle, a un caractère légal, d'où la presque totale inaction défensive dont elle bénéficie, et l'ampleur qu'elle prend. (NB tous ces chiffres, pas vraiment récents, sont reconnues pour être plutôt minimalistes, considérant que cette tendance s'est totalement décomplexée ces dernières décennies, il y fort à parier qu'ils ne reflètent que pâlement la réalité actuelle).

On peut même dire qu'elle, l'évasion fiscale, est en quelque sorte encouragée structurellement, qui, contribuable, n'est pas incité à faire baisser sa déclaration par divers moyens, dans divers allègements, qui, bénéficiant de portefeuille plus étoffé ne cherche pas dans quelle niche fiscale il va bien pouvoir se mettre à l'abri d'une trop forte pression budgétaire, qui à l'abri lui de tout besoin car riche au delà du nécessaire ne sélectionne pas certains de ses investissements et de ses placements afin de les rendre invisibles ou inatteignables du fisc ? Et là encore je ne pense qu'aux gens honnêtes !

Alors qu'on hésite moins à dénoncer certains "avantages" fiscaux, certaines déductions ou exonérations, parce qu'ils sont à l'avantage des classes laborieuses, qui dénonce certaines niches fiscales qui s'apparentent déjà pour ses bénéficiaires à une forme, certes autorisée, mais injuste de détournement fiscal ?

Quand je pense que les classes en difficultés ou déjà pauvres ou en passe de le devenir sont stigmatisées à cause d'une minorité d'entre-eux qui jongle avec les aides sociales ! Toute la panoplie de reproches qu'on fait maintenant au sujet des prétendues assistés que seraient les plus fragiles, comprenant certes des tricheurs comme il y en a dans toutes les strates de la société, si elle revêt une certaine justification, est l'arbre qui cache une forêt de pratiques fiscales désastreuses.

Quand on sait qu'un nombre considérable de fragilisés ne demandent même pas les aides auxquelles ils pourraient prétendre pourtant tout à fait légitimement, n'y-a-il pas de quoi s'offusquer et s'indigner. J'en connais, alors qu'il s'agirait là juste de pouvoir manger correctement et payer son loyer, qui ne revendiquent rien. Je parle d'un pan silencieux et quasi invisible de la société, puisque ne se faisant pas connaître des aides sociales, et des services de l'État, ils sont anonymes démunis mais fier et digne, combien sont pourtant accusés à tort de faire parti de ces prétendus assistés.

Chez ces gens là on ne fait pas l'aumône Monsieur, non on ne fait pas demande d'aides, on assume et on survit honorablement.

Qui sont les vrais assistés ?

Cette situation qui voit s'affranchir en toute impunité, de la participation civique à la solidarité, un grand nombre de contribuables, riches et moins riches, est maintenant dénoncée, l'État communique même sur les résultats présentés comme encourageant des "régularisations" qu'elle parvient à obtenir,.

Sans m'étendre sur cet aspect de l'histoire, il me semble important de relativiser ces chiffres, et de les mettre en rapport direct avec la hauteur de l'enjeu, et pour faire observer qu'une fois encore on tente de nous égarer en terme d'importance de considération des priorités.

En effet, alors que visiblement on nous oriente à penser qu'il y aurait intérêt à prioriser la recherche auprès de la masse de dossiers, malgré la baisse du rendu moyen, que constate-t-on si comme moi on fait un simple calcul, l'évasion fiscale de moins de 17,5% environ des plus évadés, détournent plus de 50% du montant pas vraiment total de l'évasion recensée sur ce graph ! Reflet de la réalité économique actuelle, c'est bien encore une minorité de plus riche qui accapare le plus, ne faudrait-il pas donc à contrario, s'occuper en priorité des plus gros dossiers ?............................et on s'en prend à "l'assistanat" !

L'évasion fiscale est l'un des fléaux consécutif de l'optimisation fiscale tant vantée et encouragée, ses conséquences, et là j'insiste sur le fait qu'on ne parle là encore que de choses à la frontière du légal, sont pourtant calamiteuses pour les budgets des États, et bien d'autres conséquences, moins visibles de prime abord, comme celles dénoncées au sujet des femmes.

 Alors l'évasion fiscale quand est-ce qu'on s'y attaque vraiment ?

Quel espoir peut vraiment nous inspirer cette affirmation qui dit que l'Europe passerait de la théorie à la pratique ? Quelle influence réelle peut vraiment avoir une symbolique juridiction civile ?

Chacun se fera son avis.

 

 

Comme à peu près chaque jour, c'est l'une des actualités que mes pistes informatives mettent en avant, qui m'inspire un thème. Cette fois c'est la vidéo suivante. Je ne suis pas un aficionado ni un supporter de Nicolas Hulot, mais je reconnais, qu'il ose aborder certaines questions bien plus librement que la plupart des personnalités françaises. Il est suffisamment médiatisés pour avoir une écoute attentive d'un bon nombre et en ceci ses prises de positions comptes, quand en plus il aborde un tel sujet de manière juste, je peux le relayer sans problème.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article