Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Plus la dangerosité des phytosanitaires se révèle, plus l'obligeance de l'Etat se démontre soumise au lobbying de l'industrie/agricole productiviste polluante.

Que faudrait-il donc comme preuve de plus pour convaincre les décideurs politiques et contraindre les usagers les plus utilisateurs de pesticides, herbicides et autres phytosanitaires dont les retombées sanitaires sont pourtant reconnues et dénoncées de plus en plus largement, y compris par l'Etat lui même, qui incite les collectivités et ses propres services à s'en passer, ainsi que nombre d'agriculteurs qui sont eux atteint de conséquences graves sur leurs santés et celle de leurs entourages?

On constate donc un double discours et deux poids deux mesures, selon qu'on s'adresse aux citoyens et à la distribution d'un côte, une fois n'est pas coutume, pour qui ventes et utilisations sont, si ce n'est proscrite totalement, largement contrainte et encadrée, et que l'on a affaire à un certain type d'agriculture et certains d'agriculteurs manœuvrés par une représentation syndicale à l'accointances d'une industrie semencière toute puissante qui dicte finalement ses règles.

Les citoyens que l'on affirme vouloir protéger d'un côté, et auxquels ont prouve la prégnance de la démarche, se voient trahis de l'autre, paradoxe inexplicable autant qu'inexcusable. Côté rue "Commune sans pesticides", dont j'approuve à 100% la démarche, côté jardin des épandages de produits chimiques sur la parcelle qui jouxte mon potager et mes fruitiers par l'agriculteur du coin qui longe la clôture en grillage de ma parcelle, avec son épandeur!

Je n'utilise aucun phytosanitaires et pourtant je suis infesté par ceux de ce voisinage incommode et envahisseur, je reconnais que pour lui, l'envahisseur c'est sans doute moi qui ait construit dans un de ces lotissement au confins du village sur un terrain mi ville/mi campagne, moi un de ces néo-ruraux qui sont maintenant accusés par certains d'être une plaie pour les terres agricoles, empiétant sur leurs surfaces arables, moi qui suis venu repeupler l'un de ces villages qui parmi tant d'autres se meurt, moi qui tente tant bien que mal de favoriser le plus de biodiversité possible sur un petit espace jusqu'alors laissé en jachère permanente!

Que penser quand une réglementation déjà nettement insuffisante, se voit tout bonnement annulée, qui accuser quand un Etat légitime et légalise des comportements impactant dangereusement la santé des populations à l'entours?

Va-t-on continuer de nous asperger de phytosanitaires dont les conséquences ruinent toute velléité de produire des fruits et légumes sains sur son propre terrain, manger ses propres légumes et fruits ne protège plus des résidus de pesticides que l'on blâme pourtant dans les circuits commerciaux.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article