Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et s'il valait mieux garder chez nous nos DEEE, pour un vrai recyclage à venir? Plutôt que de construire de vrais filières où le trafics est roi!

Avant de me lancer dans cette diatribe, j'aimerais que vous gardiez à l'esprit qu'il n'est pas dans mes intentions de faire d'amalgame et de mettre tout le monde dans le même panier, je sais que certaines entreprises et certains industriels n'ont rien à voir avec ce que je vais dénoncer dans les minutes qui suivent, mais, plus nombreuses et plus nombreux sont celles et ceux qui malheureusement suivent les préceptes basiques qui en sont à l'origine, la priorisation du profit subordonné à toutes autres considérations.

Les filières de traitements des déchets nous ont déjà démontrés une certaine tendance à élaborer des stratégies au travers desquelles le traitements des déchets et surtout la réduction des déchets est tout à fait secondaire à une option prioritaire, faire du profit!

Tout est subordonné au business, au point qu'on est en droit de se demander si parfois dans ce domaine des déchets, comme dans d'autres, certains n'usent pas de toutes leurs influences pour freiner le plus possible les avancées et sociétales et technologiques qui permettraient de les diminuer, à seule fin de ne pas entraver leur propre business plan et perdurer! Non je plaisante, en fait il est avéré que c'est bien la cas!

Les déchets doivent durer pour que la filière déchet vive!

Le secteur de l'incinération qui est la pire destiné pour une gestion des déchets en est un exemple typique, à l'ère du recyclage prôné comme l'avenir nécessaire, comment et pourquoi est-il possible qu'on en soit encore à projeter de nouveaux incinérateurs, ou a devoir rendre plus performant ceux existants déjà? Parce que cela coûte moins cher que de faire le nécessaire pour recycler plus de choses et organiser et réaliser plus de tries! Aussi simple que cela.

Le coût est le maître mots, le juge de paix, l'argument de poids imparable, rien qui soit plus coûteux ne peut même être envisageable, en même temps, il n'y a que dans une parodie que l'on pourrait entendre un dialogue ou l'un des protagonistes dirait : j'ai choisi cette option là parce qu'elle me coûte plus cher! Vous imaginez la scène, vous imaginez dans la vrai vie! Ce serait fou n'est-ce pas!

Mais la folie se situe où réellement? Dans la perpétration d'un système du moins disant continuel dont les effets maintenant bien connues ordonnancent tout ce système qui appauvri globalement la majorité tout en enrichissant une minorité, ou commencer à inverser notre manière de raisonner et envisager un autre paradigme où l'ordre des priorités ne serait plus le même?

Il faut recycler notre manière de penser, avant même d'espérer pouvoir recycler quoi que ce soit d'autre, on ne peut pas trouver de solution avec les règles qui ont provoqués le problème, je ne sais plus quelle citation bien connue dit à peu de chose près cela, je crois que son auteur avait été bien inspiré quand il la définie.

On le sais qu'il faut diminuer les déchets, on le sait même tellement qu'on est près à tous les artifices et toutes les manipulations, pour diminuer ce que l'on considère et qualifie de déchets. Dans certains cas je n'ai rien à redire à ces changements de statut, les déchets organiques qui deviennent compost ou méthane c'est plutôt positif, encore que pour le méthane ça se discute, mais quand par exemple on augmente le taux de radioactivité admissible pour sortir une partie des déchets nucléaires et les incorporer aux matières valorisables, la belle affaire, mon opposition est totale.

Dans la série, la première règle importance c'est que ça coûte le moins cher possible, la deuxième c'est que ça rapporte le plus possible, et dans tous les cas de litige, se référer à la première règle, pour pouvoir mettre en place la deuxième, une autre filière à déjà commencé, bien quelle soit assez jeune, à reproduire l'expérience de ses aînés, et suivre les traces bien visibles de la route à prendre pour faire des affaires, minimiser ses coûts, et si ça ne suffit pas, tricher et contourner les règles pour bien appliquer la première!

Les filières du recyclage n'ont rien à envier aux autres en terme de combines et de mystifications, toujours dans la droite ligne de l'objectif prioritaire mercantile, l'une des illusions qui a été révélé il y a déjà quelques temps, et que tout le monde semble avoir admis, est que le recyclage soit quelque chose de simple à exécuter, deux autres perdurent et sont loin d'avoir trouvé oreilles assez attentives si ce n'est pour certain.e.s qui s'intéressent de beaucoup plus prêt à ces sujets, les recyclages coûtent très chers, et comble de désagrément, ils ne sont presque jamais que partiels, en effet pour une très large part les éléments recyclables sont dégradés et l'ont ne peut en récupérer qu'une part variable en fonction de leurs nature.

Les formes de tricheries sont nombreuses, parmi elles un exemple me revient en mémoire le cas, pas si ancien que cela, d'une société française dont les DEEE en sur quantité étaient stockés en extérieur sans réelles protections assez efficaces, générant des écoulements d'eau de pluies qui les traversaient et s'écoulaient ensuite, pollués, pour s'insinuer au final dans la rivière en contre-bas. Une autre forme de falsification vient d'être étayée par de nouvelles études, une bonne part des DEEE ne seront jamais recyclés, mais seulement à peines démontés pour en récupérer les éléments les plus recherchés et ce dans des conditions inavouables, et devinez pourquoi, parce que le recyclage coûte trop cher!

L'imposture de nombreuses sociétés de recyclage, n'est pas nouvelle, sauf qu'on pouvait penser qu'elle n'était pratiquée que par les pires malfrats de cette filière, or c'est apparemment beaucoup moins isolé qu'on aurait pu l'espérer, l'étude américaine de Basel Action Network (BAN) citée, ne dit pas autre chose, 40% des produits espionnés grâce aux GPS utilisés finissent leurs soit disant recyclage bien loin des filières appropriées, et là où ils arrivent, le terme de recyclage souvent galvaudé ici, n'est plus seulement une usurpation, il est un mirage, une chimère.

Le sort des humains de ces pays là où échouent donc en réalité ce qui redevient des déchets, qui plus sanitairement extrêmement dangereux voir mortels m'importe donc beaucoup plus que celui des salauds qui organisent ces arnaques, alors j'y réfléchirais vraiment à deux fois quand mon prochain appareillages va lâcher vraiment après que je ne puisse plus le réparer du tout, car le recyclage n'est vraiment pas assez sûr pour l'heure, il va falloir recycler nos filières avant. 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article