Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ces avancées qui n'en sont peut-être pas! CFC remplacés par HFC qu'on remplace maintenant par...Quoi?

Oui il fallait remplacer les CFC, oui il faut remplacer les HFC, oui il faut des avancées techniques et technologiques, oui l'innovation peut avoir du bon, mais encore faut-il quelle prenne la mesure réelle des enjeux de notre temps, des buts à atteindre, de l'avenir qu'elle nous préparent.

L'histoire du développement des HFC est en elle même une démonstration de ce que je veux questionner ce jour, en à peine une trentaine d'années, ce qui était présenté comme une révolution, a surtout prouvé qu'il fallait de toute urgence en finir avec son utilisation! Qui prétendrait que les effets délétères de ces gaz sur le CO2 n'était pas déjà pleinement recensés?

Le nouvel accord international entérinant, la diminution programmée des HFC n'est pas autre chose qu'un accord qui va dans le bon sens, ce n'est pas cela que je mets en doute, tout de même passé l'effet d'annonce, y regarder de plus près relativise quelque peu l'enthousiasme dont font preuve certains car tout d'abord leur remplacement est déjà actée dans l'hémisphère nord, ce qui explique en partie la disproportion des engagements entre pays développés et pays en voie de développement qui peut sembler surprenant de prime abord, ensuite parce que en effet les situations climatiques diffèrent à ce point, que les incidences sont diamétralement opposées. Regardons de plus près le calendrier de cet accord :

L’accord fixe un calendrier pour une réduction des émissions globales de 85% à l’horizon 2036. Dans un premier temps, les pays développés devront réduire leurs émissions de 10% en 2019 par rapport aux niveaux de 2011 à 2013. Les pays en développement, dont la Chine, devront commencer à réduire les leurs à partir de 2024, avec un objectif de réduction de 80% d’ici 2040. Enfin, une troisième catégorie de pays parmi lesquels figurent l’Inde, le Pakistan, l’Iran, l’Irak et les pays de Golfe persique s’engage à commencer à réduire ses émissions à compter de 2028 pour atteindre une réduction de 85% en 2047. Voilà déjà qui permet de douter de l’objectif moyen de réduction des émissions planétaires de HFC de 85% à l’horizon 2036. Surtout si le réchauffement global d’ici là conduit à augmenter les systèmes de climatisation dans les voitures, les maisons et les immeubles.

L'Humanité

Les pays les plus pauvres auront-ils donc les moyens de répondre aux engagements certes repoussés dans le temps, mais tout de même drastiques auxquels ils se soumettent?

Et vient l'autre question, va-t-on vers une situation identique où l'on substitue une technologie ou un produit par d'autres aux effets tout aussi néfastes!

c'est en tout cas l'une des craintes visiblement soulevée :

 

"Beaucoup d'alternatives mettent en jeu des fluides plus ou moins inflammables dont la mise en œuvre requerra une mise en conformité des normes, notamment en matière de sécurité",

Actu-Environnement 2014


« Le succès de cet accord sera déterminé par la façon dont les pays en développement vont se passer des HFC, prévient Paula Tejon Carbajal, de l’ONG Greenpeace International. Et il faudra surtout éviter encore une autre alternative chimique comme les HFC toxiques et adopter des réfrigérants naturels. Ce sera décisif dans les mois et les années à venir. »
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/planete/article/2016/10/15/fin-des-gaz-hfc-une-avancee-majeure-saluee-par-la-communaute-internationale_5014325_3244.html#xRiRfCReolmIjtXD.99

Greepeace International

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article