Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Non la violence n'est pas une fatalité inéluctable, elle se contracte, s'institue, sa naturalité mensongère nous trompe.

Non la violence n'est pas une fatalité inéluctable, elle se contracte, s'institue, sa naturalité mensongère nous trompe.

De plus en plus les sujets que j'aborde, sans être vraiment déconnecté de "l'actualité", concernent et me sont inspirés par des échanges que je peux avoir soit dans la vie courante avec des relations ou des rencontres de passage, soit avec des "amis" ou "contradicteurs" sur les réseaux sociaux.

Cette fois ce qui m'amène à aborder ce sujet fondamental, répond à cette "croyance", ce postulat dramatiquement essentiel qui au fil des ages s'est répandu, au point de devenir probablement la plus idéologique source d'erreur et de tromperie qui puisse exister dans le tréfonds de nos esprits, la violence serait ancrée en nous comme le serait l'instinct de survie, qui en explique certaines expressions, l'humain serait par essence habité et constitutionnellement sujet à la violence et la compétition qui l'induit.

Qui ne croit pas cela ? Qui n'est pas atteint par ce syndrome, qui questionne la véracité, l'irréfutabilité de cette convention universalisée, l'anormalité serait finalement l'exception non-violente, le pacifisme utopique, le doux rêveur bisounours qui croit en la paix possible !

Qui s'est jamais vraiment posé la question de vérifier si effectivement la violence aurait toujours existé, eh bien non, la violence n'a pas toujours existé !

Ce qui est dramatiquement incompréhensible en fait, c'est que nous avons quotidiennement et de tout temps la démonstration aussi prégnante et irréfutable que la plupart des humains ne sont pas violents, tout comme nous avons ces mêmes exemples inverses, qui nous démontrent que la violence peut habiter ou atteindre la plupart dans certaines circonstances, or nous acceptons paradoxalement cette considération basique que ce serait la violence qui serait la plus "naturelle" ! La violence entraîne la violence, c'est en cela qu'elle n'a guère d'échappatoire, c'est ce cercle vicieux qui est naturel, pas son fondement innée.

?

Nous pouvons choisir !

Nous devons choisir !

Pour faire très simple, la sédentarisation et la théorie de l'évolution, sont les deux grand tournant de l'humanité, d'autres vous expliquerons cela bien plus efficacement que moi, les découvertes scientifiques et notre compréhension de l'évolution ont été orientées, justifiées par une science détournée.

16 novembre 1989, Séville, sans doute un des moment qui pourrait servir de nouveau tournant de l'histoire humaine, pour peu qu'on accepte simplement de ne plus nous laisser duper, la nature humaine est aussi paisible, et c'est manifeste, comme le démontrent ces recherches, si on veut bien y regarder de près, et en accepter l'augure.

Si nous voulions vraiment avec autant de vigueur et de conviction que celle que nous mettons à nous construire une vie tranquille et confortable, le faire sans exercer de violence et d'emprise dévastatrice directe et indirecte sur nos co-existants terriens, cela serait possible, de la compétition on (re)passe à la coopération.

De la défiance que le postulat de violence et d’égoïsme naturel, nous instille, il est possible de nous orienter vers une participation choisie et volontaire, pour en faire une autre construction sociétale, une Odysée de l'empathie.

Si cela peut sembler encore, je vous l'accorde, comme un rêve utopique et inatteignable, que le prétexte d'une nature impropre à y parvenir ne vous serve plus d'argument, car non ce n'est pas inscrit dans nos gènes. Si cela s'est imposé, et s'est gravé dans nos esprits, c'est uniquement le résultat d'axiomes manipulés par celles et ceux qui s'en servent pour nous asservir et nous inscrire dans un développement égocentrique et supposant une opposition naturelle entre les êtres.

L'inverse est possible, c'est un choix à faire, que voulons nous vraiment, la guerre ou la paix, laisserons continuellement la violence d'une minorité imposer un paradigme qui asservi et condamne l'immense majorité des populations à subir une forme d'esclavage économique basé sur une compétition qui ne sert que celles et ceux qui s'enrichissent grâce à cette aliénation orchestrée ?

Spéciale dédicace à Marie qui se reconnaîtra si elle passe par là !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article