Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Revenu de base inconditionnel, revenu universel ou autre "salaire à vie", quelque soit le nom et la portée donné, bonne idée ou pas ?

Revenu de base inconditionnel, revenu universel ou autre "salaire à vie", quelque soit le nom et la portée donné, bonne idée ou pas ?

Lorsqu'il y a quelques années maintenant je découvrais la concrétisation d'une idée, qui n'avait pas manqué de s'insinuer également dans mon esprit depuis fort longtemps, qui consiste à considérer que le seul accès au travail ne pouvait pas être le facteur déterminant et prépondérant du droit et de la capacité à être en mesure de vivre une vie digne et acceptable, je fus bien évidemment séduit.

C'est donc avec beaucoup d'espoir que je soutenais, et soutiens encore, cette revendication, qui me semble absolument légitime et recevable, pour venir pallier l'incohérence et l'injustice totale qui grandi dans un système basé sur une dépendance à l'emploi, devenu inexorablement inatteignable et exclusive pour une frange grandissante de la population, et ce pour diverses raison, dont l'une structurelle, il n'y a plus assez d'emplois, et cela ne va que continuer à s'accentuer pour de multiples raisons. Qui plus est, ces emplois sont de moins en moins bien sécurisés, et de plus en plus mal rémunérés, les richesses produitent étant accaparées par une minorité de la population au détriment de la majorité, creusant ainsi les écarts disproportionnés et injustes de revenus entre des privilégiés qui s'enrichissent toujours d'avantages, et une paupérisation orchestrée et généralisée des autres, soit démunis, soit précarisés.

Dans un système où le travail et les richesses produites seraient équitablement partagés et répartis, l'essence même de ce questionnement perdrait sans doute de son intérêt, si ce n'est qu'il y a toujours une partie importante de la population qui n'est pas "active" au sens de l'employabilité rémunératrice, et une autre qui sans nécessité d'emploi, subvient à son autonomie et grossi même son enrichissement grace à diverses formes de rentes, mais la société que nous avons laissé s'installer, n'est plus une société de redistribution, mais d'accaparement, au collectif s'est substitué graduellement, la priorisation individualiste ou corporatiste.

Mais après la première impression positive vient le questionnement plus appronfondi.

Revenu de base inconditionnel, revenu universel ou autre "salaire à vie", quelque soit le nom et la portée donné, bonne idée ou pas ?

La question fondamentale est donc bien de savoir qu'elle est l'idéologie sous-jacente des institutions qui vont proner, soutenir, et instaurer ce pouvoir d'achat inconditionnel, dont l'analyse ci dessus, tente de cerner les différentes approches. Si je devais me positionner il me semble que je suis plus proche de la vision collectiviste.

Revenu de base inconditionnel, revenu universel ou autre "salaire à vie", quelque soit le nom et la portée donné, bonne idée ou pas ?

Si l'on met en corrélation l'évaluation des besoins monétaires, et les propositions "politiques" qui naissent, on constate très vite que la vision actuelle des nouveaux promoteurs de cette idée, ne visent pas les mêmes objectifs, quand en point de mire d'une part on vise un substitut ou une déconnexion d'avec l'emploi, la cible pour d'autres prend la forme d'une incitation voir d'une obligation de lien avec ce dernier, et un moyen d'en finir avec le "maquis" des allocations existantes.

Revenu de base inconditionnel, revenu universel ou autre "salaire à vie", quelque soit le nom et la portée donné, bonne idée ou pas ?

Car le vrai danger est bien là ! Quel revenue de base sera au coeur de la politique monétaire du XXIème siècle, le MFRB continu sont travail de réflexion, les quelques expérimentations en cours, par exemple ici et , esquisseront des débuts de réponses, ou pour le moins des bases d'analyses de mise en application réelle, ce que j'en crains de plus en plus est bien de voir cette idée galvaudée et réorientée pour servir de nouvel abattement à la protection sociale, sous couvert d'avancée sociale !

Aujourd'hui les Suisses vont voter pour dire oui ou non à la création d'un "revenu Universel" pour salariés ou sans emplois, et les mêmes question sur les solutions de financements et les conséquences n'ont pas de frontières. Si le oui l'emporte, ce sera donc un nouveau terrain d'expérimentation à grande, enfin si on peut dire cela de la Suisse, échelle.

Revenu de base inconditionnel, revenu universel ou autre "salaire à vie", quelque soit le nom et la portée donné, bonne idée ou pas ?

Alors à la question bonne idée ou pas, je répondrais pour ma part encore aujourd'hui, p'tet ben qu'oui, p'tet ben qu'non !

Tout dépend de quoi on parle vraiment, de la philosophie basique, des cadres, des objectifs réels, ce qui peut être une idée fantastique, et socialement formidable, recèle en même temps un potentiel éventuellement dévastateur, ce qui en fait un argument supplémantaire pour étayer ce que je n'ai de cesse de partager autour de moi, à de nombreux sujets, ce ne sont pas les systèmes qui sont bon ou mauvais, mais bien la manière dont on va les appliquer.

Mise à jour le 06/06/2016

Après avoir reçu de justes remarques de la part d'un lecteur qui se reconnaîtra, j'ai apporté une rectification au titre induisant un amalgame erroné, mettant le salaire à vie comme une équivalence du revenu de base.

Mon propos n'est pas de faire une analyse de ces différentes approches, mais bien d'encourager à apprendre à les connaître, et les questionner, la finalité de ces alternatives étant de découpler le salaire ou le revenu du seul emploi rémunéré, chacun fera ses propres analyses et en déduira ses propres positionnement.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article