Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 10% des ménages les plus modestes s’appauvrissent, les plus riches en redonnent un peu plus, les classes moyennes se voient confortées, on vante une réduction des inégalités !

Les 10% des ménages les plus modestes s’appauvrissent, les plus riches en redonnent un peu plus, les classes moyennes se voient confortées, on vante une réduction des inégalités !

Une annonce gouvernementale à retenue mon attention, celle de réduire à nouveau les impôts de 2 milliards, ce qui très logiquement cadre parfaitement avec la cruelle nécessité, obligée par les injonctions financières européennes de réduire drastiquement la dette publique !!!...Ça vous parait pas logique à vous non plus, ah bon, ça me rassure, parce que je me disais quand même je suis pas doué en finance, mais tout de même ! Ceci dit ce qui me parait le plus injuste, et le plus illogique c'est cette dette illégitime, qu'on accepte quand même de considérer acquittable, faute d'être équitable, faut quand même le dire, quoi, et pourtant nos gouvernants ne bronchent pas, qui y perd et qui y gagne ?

Je n'avais nullement l'intention de parler de cela si je n'avais croisé lors de mes pérégrinations sur le net ce mini article, dont l'une des phrases clé dit ceci : "Le recul a même été de 3,5 % pour les 10 % des ménages les plus modestes"

Quelque chose me titillait, je voulais aller voir les chiffres de plus près.

Tout d'abord je crois que personne ne s'étonnera de constater que les ménages épargnent plus que jamais, comme moi par contre serez vous sans doute surpris d'apprendre que selon le regard qu'on pose sur les différentes situations, on parvient à leur faire dire des choses moins évidentes de prime abord, si toutefois ces extrapolations sont vraiment justes, ce dont je n'ai pas les compétences, pour en estimer la crédibilité, 1 entrepreneur sur cinq vivrait avec moins de 1000€ par mois, au passage je ne trouve pas approprié le titre de cet article confondre entrepreneurs, artisans, auto-entrepreneurs, et autres avec des "chefs d'entreprises, est pour le moins trompeur.

Les chiffres de l'INSEE ne sont pas simples à lire parfois, mais sans aller en faire une étude, on peut y constater certaines tendances nettes, et surtout certains bilans font frayeur, 1 enfant sur 5 sous le seuil de pauvreté, les plus modestes ont vu leur revenues chuter, surtout les plus faibles déjà comme on l'a vu.

J'ai appris à comprendre que le calcul du revenu médian ou plutôt sont résultat est très important car de nombreuses incidences s'y rattachent, ce revenu médian à stagné, il ne peut donc pas avoir d'influence trompeuse.

Les plus riches ont été les plus impactés en redonnant, ou pas, plus d'impôts, y a-t-il plus juste retour des choses ? Voilà donc la seule partie positive de cet état des lieux, j'en profite pour glisser dans ce regard porté sur l'évolution du pouvoir d'achat, une réflexion personnelle au sujet de la redistribution des richesses que j'appelle de mes vœux, et qui me semble relever de la plus basique justice. Ce qu'on soustrait aux plus riches ne change rien à leur vie quotidienne, cela ne change même très certainement rien à leur manière de consommer, et à ce que l'on peut considérer comme leur pouvoir d'achat. Au delà d'un certain plafond, toutes les capacités financières ne servent plus à rien en terme de commun sociétal, par contre tout ce que l'on redonnerait aux pauvres serait réinvesti immanquablement dans l'économie réelle, alors que tout ce que l'on permet aux riches de percevoir au delà d'une certaine limite se voit accaparé et exclu du champ de l'économie participative qui fait société. Enrichir les riches est donc selon moi, une forme de non sens économique, qui devrait être considérer comme une hérésie, par les économistes eux mêmes.

Cette réflexion personnelle n'était pas le but premier de ce billet, même si elle en est devenu le point central, à l'origine mon intention était toute autre, mais comme souvent je m'autorise et pratique une forme d'improvisation d'écriture, et cette fois les mots m'ont fait changer l'ordre des maux, ce qui m'a poussé à me lancer dans cette rédaction avait un autre but, pour y parvenir il me faut revenir au début, là où je vous faisais part de 2 milliards de baisse d'impôts, car voyez vous si j'en crois certains analystes, ces baisses d'impôts seraient orientées vers les classes moyennes hautes, ce qui aurait pour effet d'augmenter encore les disparités et de creuser encore les inégalités, mais dans ce monde ci quoi de plus normal en fait !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article