Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Premier sommet international de l'humanitaire, sans réelle volonté politique, qu'en espérer ?

Premier sommet international de l'humanitaire, sans réelle volonté politique, qu'en espérer ?

Une rapide évocation du premier "Sommet humanitaire Mondial", nouvel avatar de la diplomatie internationale dont on connait maintenant les illusoires façades, les méandres, les fausses promesses, les manquements, les impossibilités politiques et financières.

Déjà cette première grand messe politicienne de l'humanitaire, s'ouvre sur l'illustration de l'inhumanité criante qu'il peut y avoir dans les conflits qui opposent certains dirigeants de pays participant qui, soit ne parviennent pas, soit sont à l'origine même de crises et de belligérances, quand on se laisse dire par exemple à Istanbul et sans broncher par un Président Turc tel que Erdogãn ce qui suit :

«Aujourd’hui, ici, nous faisons des promesses. Nous devrons joindre le geste à la parole, nous aurons alors réglé tous nos problèmes».

Recep Tayyip Erdoğan

On est en droit de se poser la question sur la nature de l'aide humanitaire qu'il entend proposer à celles et ceux envers qui il veux vraiment joindre le geste à la parole pour régler ses problèmes !? Je ne connais pas assez ce conflit pour m'aventurer à me positionner définitivement, mais, m'est avis que le geste joint ce jours là à la parole, n'est pas celui qui permettra de régler ce problème !

Les belles promesses européennes ont-elles plus de valeur ?

Quelques avancées ou effet d'annonce, l'Afrique espère que le lancement officiel d'un "Fond pour l'éducation pour tous" soit une vrai bonne nouvelle, la France est mobilisée dixit Jean-Marc Ayrault, les choses vont bien changer alors parce que jusque là, le constat démontre une mobilisation, disons pour le moins peu ambitieuse, mais le plus grand subterfuge, ne serait-il pas derrière les apparences, par l'escamotage subtil des engagements gouvernementaux, dans l'ouverture à la financiarisation privée de l'aide humanitaire ? Un nouveau "buiseness plan" à l'instar du "développement durable" et du "greenwashing international".

A quel point le recours aux fameux " nouveaux bailleurs" (entreprises et fondations) contribuera-t-il à une amélioration de la situation actuelle ?

La meilleur aide que les pays développés, et les plus riches, puisse apporter au monde et à leur propre pays indirectement, est d'aider les pays émergeant à construire des conditions suffisamment paisibles, vivables, et acceptables, pour permettre aux humains une vie digne, émancipatrice, à plus forte raison dans les pays en crises de quelque nature quelle soit.

Mais il y a de plus en plus de raisons de penser que la volonté politique, au delà des apparences, s'en éloigne de plus en plus, pour faire place à la marchandisation de l'aide.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article