Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ne plus soutenir les projets d'huile de palme c'est aussi soutenir les communautés villageoises.

L'utilisation de l'huile de palme n'est pas seulement ce qu'on peut faire de pire pour la santé chez nous, c'est aussi et avant tout parmi un ensemble de pratiques du commerce international, l'une de celle les plus catastrophiques sur plusieurs plans.

Outre la déforestation majeure qu'elle engendre, c'est en premier lieu dans la très grande majorité des cas, j'exclus donc ici les rares cas ou des autochtones parviennent à s'organiser, pour garder les droits d'exploitations de leurs sols, la dépossession de terres infligée aux paysans des divers pays dans lesquels bien souvent les terres, et les droits d'appartenances ou d'usages, sont très flous quand elles ne sont pas inexistantes, ainsi les États s'accaparent ces territoires convoités soit pour eux-mêmes, soient pour les concéder ensuite en location à plus ou moins long terme, ou parfois vendues tout simplement à des sociétés pour la plupart étrangères.

Cette dépossession à pour première conséquence de laisser les paysans qui les utilisaient souvent depuis des générations sans aucunes ressources et totalement démunies, créant ainsi de nouveaux affamés, souvent contraints alors d'aller grossir les bidons villes qui gonflent partout sur la planète, cela produit aussi au moins dans certains cas, une autre retombées moins commentées mais tout aussi dommageable, celle de faire grimper le prix des terres, laissant ainsi les paysans locaux dans l'incapacité de surenchérir faute de moyens économiques évidents.

Cette première conséquence injuste en précède une autre, c'est que les sociétés qui gèrent ensuite ces terres, profitent pour la plupart de manière indignes d'une main-d'œuvre corvéable qu'elles exploitent sans retenues et parfois sans aucunes règles de protections.

Vient ensuite l'utilisation sur-exploitante des terres auxquelles ont infligent un traitement intensif contre nature, mono-cultural et chimiquement contrôlé, usant la terre, la grillant, lui extirpant ses capacités nutritives de manière totalement abusive, la laissant ensuite vide de vie et impropre à une quelconque autre forme de culture vivrière.

De tel procédés sont inacceptables, je soutiendrais donc par tous les moyens qui me seront donnés de pouvoir mettre en œuvre, les actions comme celle de cette délégation représentant des communautés villageoises du Pérou, de Colombie, d'Indonésie et du Liberia a appelé au boycott des entreprises qui abusent de la déforestation pour planter à la place des palmiers à huile, mercredi à Londres.

"Nous faisons ensemble appel à la solidarité internationale et demandons qu'il y ait enquête sur les investissements préjudiciables et les opérations de plantation affectant les populations indigènes et les communautés locales et qu'ils soient sanctionnés comme il se doit, y compris pour des préjudices anciens. On ne peut pas distinguer les droits humains des dommages environnementaux"

Willian Aljure, de l'organisation colombienne CONPAZ.

Ne plus soutenir les projets d'huile de palme c'est aussi soutenir les communautés villageoises.

Je ne sais pas encore si une possibilité va nous être proposée pour soutenir cette action, j'essaierais de ne pas la rater et de la partager le cas échéant.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article