Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le modèle électro/énergétique français ou l'impossible transition douce, la croissance en vue ! Celle du prix à payer.

Dés que l'on parle d'énergie, et du coût de celle ci les prises de becs sont inévitables, souvent parce que l'on ne parle pas toujours de la même chose, entre l'énergie globale et l'énergie électrique il y a un monde, il n'est donc sans doute pas inutile de rappeler que sur le plan mondial l'électricité ne représente qu'une petite part de l'énergie produite et utilisée, en simplifiant moins de 20%, avec bien sûr des disparités, la France étant un cas à part avec une participation de l'ordre, toujours en simplifiant d'à peu près 35% d'électricité dans le mix énergétique total, le nucléaire alimentant à lui seul 17% de l'énergie globale (84% environ de l'énergie électrique).

Il faut d'abord donc bien admettre que le gaz et le pétrole (le charbon est vraiment faible en France ouf !) dont les prix ne dépendent aucunement de choix politique français, (encore que la façon de plus ou moins taxer à son influence notable) représentent donc 65% des coûts énergétiques, ce qui est déjà un ratio permettant (de manière encore trompeuse et fallacieuse) de s'en sortir un peu mieux que beaucoup d'autres en terme de coût actuel, et j'insiste bien sur le "actuel".

Le reste de mon intervention ici ne va donc concerner que la partie électrique du mix énergétique global français, la fausse argumentation la concernant nous la présentant comme la moins chère d'Europe par ses promoteurs doit déjà être rectifiée, car c'est tout simplement faux, elle est 12ème sur 28 dans l'ordre croissant des prix de l'électricité en Europe et seulement seconde si l'on ramène cela en terme de pouvoir d'achat derrière la Finlande.

C'est là après, cette mise en perspective, que commence les choses qui fâchent vraiment, tout d'abord quand je crois nécessaire d'affirmer une chose que peu acceptent d'entendre, nous ne payons pas l'énergie au prix que nous devrions, loin s'en faut, EDF le dit c'est normal c'est son job et ses profits, (sauf que même EDF minimise ce coût, pour ne pas affoler plus encore et l’État et les citoyens), mais c'est aussi ma conviction, et si nous payions le vrai prix, croyez moi, nous aurions beaucoup moins de difficultés à accepter le second principe que je défends, il nous faut nous résoudre à admettre que nous devrions diminuer drastiquement nos besoins en énergie, nous y serons contraint de toute manière.

Quelques soient les causes et elles sont nombreuses et diverses, tout concours à ce que l'énergie devienne en quelque sorte un luxe, elle l'est même déjà pour une bonne partie de la population européenne qui n'est plus en mesure de s'en procurer assez, même pour ses besoins fondamentaux, la précarité énergétique se transforme pour certains et ils sont de plus en plus grand nombre en une impossibilité énergétique de se déplacer, de se chauffer, et bientôt de se nourrir, croyiez-vous que je force le trait ?

Je suis assez dubitatif quand à certaines affirmations faite dans le documentaire d'ARTE que je viens de visionner et qui m'a amené à ce billet, "Électricité, le montant de la facture" c'est donc avec une certaine réserve que je le partage tout de même tout en signalant être pour le moins surpris par certaines affirmations, notamment L'Allemagne et le charbon, dont je me suis laissé dire que ce duo était fort exagéré, mais je n'ai pas le moyen de vérifier cela, aussi dois-je laisser aux auteurs la responsabilité de leur positions.

Revenons à la France, où la crise couve, et ce dont elle va accoucher pourrait bien nous mettre en état de crise ouverte, le modèle Français aux antipodes de tous les autres choix, celui qui devait nous mettre à l’abri et l'avant garde, tourne au fiasco encore déguisé et de plus en plus mal dissimulé, le taux de précarité énergétique va donc faire un bond, que dis-je, il va exploser dans les années à venir, en espérant que rien d'autre n'explose !

C'est le modèle lui même qui va en être l'origine, plus encore que le libéralisme outrancier, et que l'appétit des investisseurs, même si c'est bien leur voracité qui aura été le fondement de ce qui va tout ébranler au final, EDF et son nucléaire sombrent corps et bien et la transition énergétique seule alternative crédible à long terme, déjà freinée pour les même causes, va-t-être plus encore ralentie en conséquence, le pire des scénarios prend forme.

A force de mensonges et de tromperies, ils se sont eux même aveuglés, mais c'est nous qu'ils vont faire disjoncter quand on aura vraiment compris que les bougies c'est eux qui vont nous les faire rallumer.

L'énergie la plus propres et la plus sûr est celle qu'on ne produit pas ! Je sais ça fait mal à entendre, ça fait mal à envisager, c'est pourtant sur ce postula qu'il va falloir s'établir et construire une autre vision de l'avenir, si on veut qu'il y en est un.

Je pense à tous les précaires, à tous les déjà pauvres, que beaucoup vont rejoindre dans la misère prochainement, et il se pourrait fort bien que j'en fasse partie un jour, ils nous sacrifient sur l'autel de la croissance aveugle, du profit égoiste, et du libéralisme prétendu libérateur, qui dans les faits ne libère que de l'énergie destructrice.

Je pense à tous les précaires, à tous les déjà pauvres, que beaucoup vont rejoindre dans la misère prochainement, et il se pourrait fort bien que j'en fasse partie un jour, ils nous sacrifient sur l'autel de la croissance aveugle, du profit égoiste, et du libéralisme prétendu libérateur, qui dans les faits ne libère que de l'énergie destructrice.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article