Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Empreinte carbone et écologique, les leviers pour agir doivent être collectifs et correctifs, pour ne pas se leurrer.

S'il s'agit là d'une histoire Belge, elle n'est pas drôle, et elle est malheureusement transmissible à peu de chose près au delà de ses frontières, et nous concerne et s'adresse à nous tout autant.
S'il s'agit là d'une histoire Belge, elle n'est pas drôle, et elle est malheureusement transmissible à peu de chose près au delà de ses frontières, et nous concerne et s'adresse à nous tout autant.

On ne le dira jamais assez, rien ne pourra évoluer si l'on n'est pas prêt individuellement à changer au moins certains de nos comportements, si pour quelques-uns les changements à opérer ne bouleverse(raient)(ront) pas fondamentalement leurs habitudes et leur style de vie, il y en a pour qui les rectifications à apporter tiend(raient)(ront) de l'ordre du cataclysme. Je propose bien sûr volontairement une double lecture grammaticale à cette projection, car il y a distinction notoire entre celles et ceux qui devraient agir et ne le feront pas et celles et ceux qui agiront vraiment.

Évoquer l'évidence qu'il se(rait)ra beaucoup plus facile à quiconque le décide de lui même, d'opérer volontairement les variations ou les métamorphoses, selon le degré de transformation en jeu, qui s'avére(rait)(ront) indispensable, est-il vraiment utile ?

Certains penseront que non, mais à contrario, m'est avis que pourtant cela n'est pas superflu, et ce pour une raison que je crois assez simple, en effet pour celles et ceux qui sont déjà dans une démarche de vie assez simple et consciente des enjeux, tout ceci est une évidence, sauf que si, seuls celles et ceux là agissent, tout se(rait)(ra) vain, car ce sont bien les autres, celles et ceux qui n'en ont pas du tout envie et qui n'en ont pas du tout l'intention, qui seront la clé, oui j'ose, j'ose ne pas détourner le regard d'une vérité que, je crois, beaucoup refusent d'admettre, la grande majorité de nos contemporains n'a aucune intention de changer de vie et de manière de vivre !

Si nous, celles et ceux qui, admettons qu'il faille, acceptons d'envisager de, amorçons le chemin pour, ou avons déjà modifier notre approche de la vie, afin qu'elle soit plus simple, moins énergivore, et moins terravore, et aussi moins individualiste, plus participative, collaborative et partageuse, sommes seuls à prendre cette voie, et à mener cette transition, alors autant voir les choses en face, l'échec est en vue.

C'est cette hypothèse sous-jacente qui sous-tend je crois le ressort qui entraîne notre motivation et nos efforts pour alerter, encourager, exhorter à la fois nos concitoyens et nos décideurs à ouvrir les yeux et à amorcer les changements qui devraient s'imposer d'eux même, sauf que ce n'est pas le cas, cette nécessité n'apparaît pas d'elle même pour la majeure partie d'une population aveuglée et accaparée par un système illusoire et autodestructeur.

Pour beaucoup nous savons que le changement doit-être global, et que pour cela il faud(rait)(ra) d'une certaine manière le forcer, le rendre inévitable et (donc) obligatoire, la solution la moins douloureuse se(rait)(ra) pour y parvenir, de voir cette transition imposée par des règles communes à tous, des lois que tous dev(raient)(ront) appliquer, des restrictions, des choix liberticides osons le dire, car ce se(rait)(ra) bien là l'objectif de limiter très nettement ce qui jusque là relève de la liberté individuelle que chacun considère être en droit de revendiquer pour conduire sa propre vie, argument tout à fait légitime, puisque notre société à creuser le lit de l'individualisme au dépend de la communauté.

Seulement voilà les décideurs ne sont pas non plus de notre côté, ils s'arcboutent dans une vision idéale, idéologique de croissance obligatoire, de consumérisme forcené, de progressisme inéluctable, en réalité les rêveurs ce ne sont pas nous, mais eux, qui se bercent d'illusions, qui courent à leur et à notre perte.

Le risque est donc grand que rien ne permette d'éviter le chaos, entre des décideurs qui ont pris le parti d'aveugler leurs administrés, et la grande majorité des administrés qui ont choisi de faire une confiance aveugle en leurs décideurs politiques et industriels, alors que c'est tout le fonctionnement de cette société, le paradigme de cette société qui est à remettre en cause.

Ce que je crains donc, et que je voudrais voir épargné à la majorité des humains qui n'ont rien voulu de cela, et qui l'on subit inconsciemment, c'est qu'on en arrive à l'échéance fatale d'un monde qui se désagrège avec pertes et fracas, alors là ce moment venu, pour celles et ceux qui y survivront, les restrictions et les obligations à mener une vie bien plus modeste et sobre n'aura pas d'échappatoire, et selon que ces limitations induites seront l'aboutissement d'un choix volontaire, ou qu'elles s'imposeront par nécessité à chacun, tant individuellement que collectivement, les conséquences et le degré de capacité à s'y résoudre sera bien différent et supportable.

S'y préparer est le seul choix responsable et pour cela il faut commencer à agir maintenant !

Empreinte carbone et écologique, les leviers pour agir doivent être collectifs et correctifs, pour ne pas se leurrer.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article