Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avec le nucléaire nous sommes en état d'insécurité permanente, il n'y a que cela de sûr !

Le nucléaire fait peser sur la France au moins 4 types de risques majeurs pour sa sécurité.

1- Un risque d'accident qui va crescendo de part le vieillissement des centrales, surtout les cœurs de celles ci pour lesquels, quoique vous puissiez entendre, aucune amélioration ou réparation n'est possible. Toutes les réformes et corrections dont vous entendez parler, ne concernent jamais que des éléments et externalités qui servent à garantir le fonctionnement technique, et sécuritaire il est vrai, des réacteurs, mais ce cœur de réacteur, lui le danger absolue, est intouchable, et restera à jamais tel qu'il a été conçu et construit à l'origine, seul deux événements y mettrons fin, et un seul d'entre eux entraînera des risques dont on est même pas certains qu'ils soient maîtrisable, l'autre donnerait au terme de catastrophe toute sa véracité . Ce cœur a déjà dans certains cas, et aura immanquablement dans tous les cas à un horizon proche plus que l'age de ses artères, sur lesquelles ont peut si vous me permettez l'image faire des pontages, et installer des valves, mais cela n'enlève rien à l'age du cœur ni à son vieillissement intrinsèque. Nos voisins Belges en mesure les conséquences, et commencent à subir la pression de leurs voisins, sauf de la France, préservée par ses frontières comme on le sait.

Qui plus est, dans leur grand professionnalisme, les industriels de l'atome dont on devrait pouvoir attendre une politique d'entreprise infaillible en terme de sûreté de leur produit, manquent à leur devoir de perfectionnisme et d’excellence. Constat que l'ASN déplore et met en évidence, que croyez vous que cela laisse augurer ?

Peut-être êtes vous en train de vous dire que cela n'est possible que parce que ces faits sont cachés, ce qui serait tout à fait logique de la part de cette industrie, mais c'est bien plus grave que cela, en effet nous en sommes au point où au plus haut sommet de l’État, parce le risque est maintenant perçu comme réel, la politique s'oriente vers une préparation à l'acceptation citoyenne de l'accident possible, eux savent pertinemment, qu'il serait peut-être plus exact de le qualifier de probable.

2- Coût de l'électricité voué à devenir prohibitif, en effet les coûts de constructions se multiplient, les coûts d'entretiens ne peuvent que suivre les mêmes courbes, les coûts de démantèlements ne sont mêmes pas véritablement identifiables, et que dire des coûts de gestion des déchets ! C'en est au point où EDF se trouve mis à mal financièrement uniquement parce que le coût du projet CIGEO qui représente à peine 2% du coût total des investissements, a été établi "arbitrairement" par l’État à un niveau supérieur à celui sous-évalué par ses services. C'est toute la filière qui voit ces coûts exploser, d'une manière prévisible, espérons qu'ils soient les seuls !

Ce ne sont pas les dernières déclarations d'Emmanuel Macron ministre de l'économie qui vont faire baisser l'addition de charge économique sur les contribuables français, puisque non seulement celui ci nous assure sans rire, que l’État, donc le contribuable, va devoir mettre encore et encore la mains à la poche pour soutenir le nucléaire en France, mais aussi toujours sans rire, qu'il va aussi falloir assurer à EDF l'aide nécessaire pour l'aider à développer ses chantiers à l'international !

3- Indépendance énergétique compromise, car là aussi contrairement à ce que martèlent nos élites nucléocrates, les réserves de matières premières, que nous devons importer en totalité, ne sont en aucune manière si conséquentes que cela, comme pour tous les minerais, les filons sont épuisables, et surtout, ceux ci sont maintenant convoités plus largement, notamment par la Chine, mais pas seulement, et ceux qui le disent donc ici le CNRS, ne sont pas des anti nucléaires comme vous pouvez le constater dans la suite de leur article, je vous laisse juge, pour la suite de leur espoir au sujet de la fusion, espoir que je ne partage pas.

Par contre il y a une chose qu'il est impératif de corriger, et au sujet de laquelle je vous engage aussi à vous informer si nécessaire, le postulat qui affirme le nucléaire comme irréprochable en terme de dégagement de CO2 est tout aussi mensonger que le reste de cette filière industrielle.

4- Gestion des déchets à très long terme, là on est juste dans l'irréel, une chimère, un postulat sans aucun fondement scientifique, enterrer les déchets les plus dangereux, et adviennent que pourra, les générations futures n'auront qu'à se débrouiller avec ça !

Chacune de ces lacunes ou défaillances structurelles devrait à elle seule obliger à remettre fondamentalement en question l'enlisement non seulement accepté mais assumé de nos élites dans l'énergie nucléaire et ses moyens de productions .

Non seulement il n'en est rien mais le choix est fait de proroger dans une voie qui prive d'investissement nécessaire la vrai transition énergétique pourtant possible, et qui seule est viable à long terme.

Encore une de ces tas d'urgences reléguées à je ne sais quelle échéance lointaine. Seulement le temps ne va-t-il justement pas être notre pire ennemi dans ce choix là. Ce temps ne risque-t-il pas de devenir ce qui va nous manquer pour échapper au pire des scénario envisageable, l'accident nucléaire technologique, celui qui ne permettrait aucun échappatoire !

Jusqu'alors ceux que l'on a connu on été à tord ou à raison imputés à des causes humaines ou extérieures à la technologie proprement dite, seulement une hypothèse qui peut devenir réalité pourrait ébranler et réduire à néant ce château de carte, imaginez qu'un accident nucléaire réduise à néant toute illusion sur la sûreté de cette technologie car étant le seul résultat de la vétusté d'un cœur de réacteur, c'est tout le principe de base qui explose, toute la confiance aveugle et fictive qui disparait, 50 à 80% des capacités de production d'énergie électrique qu'il faut remettre fondamentalement en cause et en toute urgence !

Là l'état d'urgence ne serait pas usurpé, là il aurait cause avérée, là sa probité ne souffrirait d'aucune contestation, là il ferait déchoir la nation de son illusoire sécurité.

Avec le nucléaire nous sommes en état d'insécurité permanente, il n'y a que cela de sûr !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article