Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Alors que les conséquences nous alarment, nous rechignons pourtant de nous attaquer aux causes !

Alors que les conséquences nous alarment, nous rechignons pourtant de nous attaquer aux causes !

La sagesse populaire n'aurait-elle parfois finalement aucune vertu agissante, juste de belles idées laissées vagabondes et inutiles, des résolutions du nouvel an qui dès le deux ont déjà perdu de leur priorité et de leur pouvoir de réalisation.

Prendre le problème à la source

Soigner la racine du mal plutôt que les conséquences

Prévenir plutôt que guérir

Liste non exhaustive de ces adages qui prouvent que quoi qu'il arrive, et quelque soit l'objet ou le thème abordé, on en arrive inévitablement à la même conclusion, c'est aux causes qu'il faut s'attaquer, à la cause des causes même lorsque celle ci peut être identifiée, ce qui bien entendu n'empêche pas de gérer aussi les conséquences, en parallèle, mais ne s'occuper que de ces dernières est vain, on le sait, on le clame même et pourtant !

Vouloir gérer les déchets c'est bien, ne pas en créer, est-ce que ce ne serait pas mieux ?

A cette question le tribunal administratif de Pau à rendu une décision que j'approuve, surtout parce qu'il a basé sa sentence sur le fond de la question, en s'attaquant à ce qui est la cause, le pourquoi.

Il était en question l'autorisation de mise en exploitation d'une nouvelle installation de tri mécano/biologique (TMB), une sorte de trieuse qui sépare les éléments possiblement biodégradables du reste des déchets de nos poubelles, or une loi récente, oblige maintenant, même si ce n'est guère appliqué encore, un tri à la source de ces éléments.

Pourquoi alors mettre en activité des machines qui auraient pour but de soustraire des éléments qui ne devront plus arriver jusque là, ça parait bête comme tout, mais il a fallu qu'un tribunal ouvre les yeux pour en arriver à cette conclusion !

Alors que les conséquences nous alarment, nous rechignons pourtant de nous attaquer aux causes !
Alors que les conséquences nous alarment, nous rechignons pourtant de nous attaquer aux causes !

Des industriels et des élus persistent donc à faire germer des projets qui vont à contre sens de mesures prisent qu'ils connaissent pourtant parfaitement bien, ou s'il ne les connaissent pas c'est qu'ils sont incompétents.

Quand on regarde bien certaines choses on s’aperçoit, que s'attaquer aux causes ruine les projets de nombres de sociétés et entreprises qui vivent parce qu'elles gèrent les conséquences, le bonheur des uns fait le malheur des autres, en voilà un autre adage qui lui se vérifie à coup sûr !

Bien que ce n'était en aucune manière l'objectif au moment ou je me suis lancé dans l'écriture de ce billet je vais y inclure une autre réflexion qui touche à une autre actualité doublement brûlante, parce j'y vois un lien intéressant.

Ce soir le Président de la République Française à officialisé la tenue d'un référendum local dont le but sera d'interroger un certain nombres (je suis curieux de voir comment et à quelle échelle sera déterminé la dimension locale) de citoyens au sujet de la construction d'un nouvel aéroport à Notre Dame Des Landes, faute de vouloir accepter de chercher les causes, voilà donc que l'on va essayer de gérer les conséquences, celles d'une contestation vigoureuse qui a pris plusieurs aspects, fait se lever les uns après les autres plusieurs types d'opposants qui bien que très épars au début ont appris à se respecter pour finir par collaborer.

Si parole est tenu l'apogée de cet affrontement se conclura donc dans les urnes, la décision annoncée comme définitive sera donnée aux citoyens.

D'ici là ces citoyens seront-ils dument informés des causes qui étaient à l'origine de ce projet d'un autre age, et pour un autre monde, afin de prendre une décision juste et éclairée qui soit basée non pas sur les conséquences que nous connaissons, mais sur les véritables causes qui ont fait germer une telle opposition ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article