Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Robotisation de l'emploi, l'employabilité des humains en question, qui fera quoi et que fera qui ?

Le président de la République Française, François Hollande à assujettit l'hypothèse d'une seconde candidature à l'inversion de la courbe des chiffres du chômage (enfin les chiffres officiels !), priorité de sa présidence, selon ses dires, et proposé ainsi d'évaluer la qualité de son investiture à la réussite de cet objectif, souvenez vous !

Si nous n'avons pas eu besoin qu'il réédite l'anaphore du "Moi président de la République", tant elle avait marqué les esprits, mais que nous ferions bien pourtant de nous remettre en mémoire, afin de mesurer l'étendue de la trahison, il lui faut le répéter souvent comme une litanie, ce préalable de l'inversement de courbe, non pas de popularité, où là il excelle, mais du nombre sans cesse montant des sans emplois, objectif clamé encore récemment comme irrévocable, car malgré les manipulations diverses apprises de prédécesseurs, pas plus lui que les autres n'y parviennent.

La faute à la conjoncture nous diras-t-on, la crise, et surtout le manque de compétitivité, ah la compétitivité !

Les travailleurs de Chine et de quelques pays asiatiques tenaient pendant longtemps la palme des adversaires inégalables en terme de réduction des coûts de main d’œuvre, prochainement il se pourrait que les concurrents soient plus proches, à l'intérieur même des frontières de l'Europe continentale, les Ukrainiens, payés en deçà même de ce qui nous parait imaginable, mais il est prévu que cette étape là ne soient qu'un bref intermède, avant l'apogée de travailleurs d'un nouvel age, sans age, sans émotions, sans revendications, l'idéal patronal, robots, machines numériques, imprimantes 3D, une révolution est en marche, en marche, c'est bon pour des humains ça, en mouvement, alors !

Robotisation de l'emploi, l'employabilité des humains en question, qui fera quoi et que fera qui ?

Alors mon utopie à moi, bah c'est que tout le monde ait droit à un travail, elle est concrète.

Myriam El Khomri

On croirait entendre le Chef de l'état, leçon bien apprise et retenue de la part d'une nouvelle arrivante sur la scène politique, déjà au diapason, nous allons inverser la courbe du chômage, rien à faire de la réalité, vivons l'utopie, la croissance revient, avec moi tous en choeur : la croissance revient !

Cette utopie, est partagée, il en est pour la défendre, elle serait rentable (pour qui ?), l'arguments du partage de 13 millions pour les citoyens consommateurs en jette, mais comme on nous le rappel ici, l'argument massue tient dans le fait que les machines soulageraient l'humain travailleur des tâches les plus pénibles et les plus répétives, sauf qu'on omet peut être d'expliquer comment, j'ose une hypothèse, en le faisant à sa place ce travail, finalement c'est simple, reste plus qu'a trouver quel travail vous vous aller faire à la place, bon ça c'est pas leur problème, c'est le votre !

Ce soulagement des difficultés pour la classe travailleuse, bénéficierait d'abord aux femmes, rien à voir avec de la galanterie, on ne lutte pas contre l'intelligence artificielle à armes égales, pas plus qu'on ne peut rivaliser contre le travail robotique des robots, mécanique des machines.

 

Robotisation de l'emploi, l'employabilité des humains en question, qui fera quoi et que fera qui ?

Alors vive la quatrième révolution industrielle, qui évincera pour leur bien les humains, des chaines de productions et de constructions, mais aussi des bureaux, des agences, jusqu'à ce qu'il n'y ai plus pour eux, de place que dans quelques niches, mais quelle aubaine, fini les travaux pénibles, répétitifs, fastidieux, occasionnant de la fatigue et de la dépense d'énergie, et puis de la présence physique, et de l'assiduité, enfin beaucoup de choses bien rébarbatives, fini tout ça, fini ...le travail.

Bon allez je force le trait, du travail il en restera toujours en réalité, ce qui va disparaître vraiment en fait, c'est pas le travail, c'est les emplois !

Alors Messieurs les politiques, vous qui, je l'admets, devez crouler sous des tas d'urgences, il convient je crois d'établir les priorités, et de ne pas se tromper dans la primauté de traitement de celles ci, cela symboliserait sinon un manque d'intérêt pour la sécurité...de l'emploi de vos administrés, et la sûreté...de la pérennisation de leurs moyens de subsistance. Nous pourrions alors craindre que l'état d'urgence vous fait perdre de vue les valeurs d'une nation travailleuse, celle qui vous a élevée aux statuts qui vous font l'honneur de les représenter pour défendre leurs intérêts vitaux, et ce quelque soit le type d'attaque qui les assaille.

C'est là votre constitution, y changer quoique ce soit reviendrait à vous déshonorer et à trahir la confiance qui vous a été accordée, les tas d'urgences, que vous avez à traiter son votre lot, chacun son travail, faite le votre et permettez nous de pouvoir continuer à garder et à faire le notre.

Sinon, ce serait la déchéance de notre nation !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article