Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exploitation, disproportion et exclusion, voilà ce que devient la devise de ce monde en perdition, ou l'inhumanité (assasine) grandit au rythme de la démographie (autodestructrice).

Plus j'avance en age et en connaissance, et moins je comprends l'humain, dont je suis partie prenante, mais dont parfois (souvent) je voudrais bien me désolidariser, pour ne pas dire me dissoudre.

On a jamais autant parlé de nourrir toute la planète et de ce point de vue il semble que les derniers chiffres donneraient raisons à celles et ceux qui considèrent qu'on est en bonne voie, je regrette pourtant d'aller à contre-courant et de noircir le tabeau, mais le réchauffement climatique en cours, l'appauvrissement généralisé des sols et la démographie galopante des zones les plus pauvres et infertiles, début de liste déjà terrible mais à laquelle il faut ajouter l'augmentation insupportable des prix des denrées alimentaires basiques, (pour des raisons souvent spéculatives), vont rapidement inverser cette amélioration éphémère.

On a jamais autant annoncé vouloir(les promesses ne valent que pour celles et ceux qui les croient !) fournir eau et énergie jusque dans les moindres recoins, de ce point de vue là, certaines associtions et ONG font un travail remarquable, que je salue au passage, mais leurs moyens sont dérisoires et ils ne parviennent à agir que sur des zones réduites, les actions des Etats et des Instances Internationnales, elles, sont encore au statut d'hypothèses (mensongères).

On a jamais autant vanté la démocratie, la liberté pour chaque pays à l'autodétermination, or l'ingérence n'a jamais connu une telle ampleur.

On a jamais autant délivré de messages de paix, et à contrario le commerce des armes n'a jamais été aussi florissant, qui veut la paix préparent la guerre ne dit-on pas, je soupçonne celui qui est l'auteur de cette (contre)-vérité et ses aficionados de fournir eux même les armes à ceux qui pacifient en s'en servant. En même temps, à force de s'entretuer, il arrivera un moment ou fautes de bélligérent on aura enfin la paix ! (Bon je sais ça c'est nul, je revendique le droit d'être nul aussi parfois, au nom de mon apartenance à l'humanité !)

Pourtant les moyens financiers et techniques n'ont jamais été aussi important, jamais cela n'aurait été autant possible qu'en cet ère, si le choix réel en avait été fait, seulement voilà les choix qui ont été fait ne sont pas ceux là, en toute connaissance cause, avec une pleine conscience des effets, sans pouvoir contredire savoir exactement les conséquences de l'inaction acceptée, les diverses classes dirigeantes et leurs financeurs ont fait leurs choix.

La loi du marché et le règne de la finance : ils sont maintenant 1% à détenir près de 50% des richesses mondiales, soit 62 individus qui se partage ce magot 

Depuis le début du siècle la moitié la plus pauvre n'a bénéficié que de 1% de l'augmentation des richesses mondiales.

En resserant le regard le constat en France en est le reflet, le niveaux de vie des catégories populaires décrochessent, l'appauvrissement tend donc à se généraliser dans toutes les couches de la société, à part les plus riches qui eux continuent à s'enrichir plus encore, sans rien redistribuer, alors on va faire quoi ?

 

Exploitation, disproportion et exclusion, voilà ce que devient la devise de ce monde en perdition, ou l'inhumanité (assasine) grandit au rythme de la démographie (autodestructrice).

Déjà se refuser à soi même de fermer les yeux sur cette situation serait sans doute le premier pas pour un grand nombre, ensuite ne pas se taire, en parler, le répandre, revendiquer haut et fort la volonté d'en finir avec cette injustice injustifiable, et bien sûr agir par tous les moyens qui sont à notre porté, sauf qu'on se dirige, on nous dirige, droit vers un monde "meilleur" où, pour notre "sécurité", leurre institué comme une quête absolue, on nous lobotomise en vue de nous ôter la capacité à réfléchir et nous insurger pour dire librement notre désaccord total, nous ôter le peu de moyen d'actions que l'on a encore, nous éteindre, nous assigner à l'inaction.

Je ne me tairais pas !

Je ne baisserais pas les bras !

Je ne me résoudrais jamais à ce qu'on voudrait nous faire croire fatalité !

Il y a dans chaque être humain tout ce qu'il faut pour refuser de se laisser entraîner et submerger par l'inhumanité.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article