Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1800 milliards de dollars, 63,2 milliards pour la France, 5em rang mondial, les dépenses militaires en 2014, c'est la crise !

Face à ces chiffres, qui ne seront jamais commenté dans les médias de masse, il y a ceux bien plus pâles (jamais commentés eux aussi !) investi pour la paix, ou pour éradiquer la misère, les famines et les souffrances de toutes sortes, et ce qui est le plus terrible c'est que beaucoup, la majorité, pensent que c'est normal et inéluctable, je l'ai encore vérifié ce jour, quand j'ai abordé ce sujet avec le groupe actuellement en formation avec moi.

Mais on ne peut rien y changer, on est obligé de se préparer à pouvoir se défendre, il faut de la dissuasion, la guerre à toujours existé, il y aura toujours des hommes violents, etc etc, j'ai eu droit à tous ces systèmes de défenses inculqués dont on nous as abreuvé depuis notre enfance, face auxquels il est fort compliqué de s'opposer, face auxquels aucun argument ne fait vraiment le poids.

Pourtant je ne me résoudrais jamais à accepter ce qui est inacceptable, à me plier à ce que l'on veut nous obliger à considérer comme inéluctable, à me fondre dans cette dictature de la pensée, qui voudrait qu'envisager un monde en paix ou le partage serait possible est presque jugé comme une aberration, voir une aliénation.

L'aliénation n'est-elle pas plutôt du côté de ceux qui ont intérêt à ce que le commerce des armes perdurent, et de ceux minoritaires qui veulent se servir de la force pour dominer.

Certes ce que j'envisage, avec d'autres peut encore être perçu comme une utopie, mais le présent n'est-il pas une des utopies des temps anciens !

Essayez d'imaginer, si 1800 milliards de dollars étaient investi chaque année pour éradiquer ce qui provoque les conflits et qui génère la pauvreté !

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article