Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'état des eaux inquiète l'Europe, le principe pollueur/payeur galvaudé jusque là, est enfin plébiscité.

Voilà une des rares intentions que j'approuve de la part de la Commission Européenne depuis longtemps, qui m'a plutôt ces derniers temps inspiré de grands agacements.

'Près de la moitié des eaux de surfaces de l'Union ne parviendrons pas à un bon état écologique en 2015' dixit la Commission européenne, et j'ajouterais, mais cela c'est moi qui le dit, que ce ne sera pas le cas avant bien longtemps si on ne prend pas des mesures drastiques.

Alors les mesures suffisantes seront-elles prisent vraiment ?

Quand on voit la récente décision au sujet de Sivens, quand aussi, par exemple pour la France, on assiste à l'allongement du temps accordé aux agriculteurs pour baisser enfin, au moins un peu, l'utilisation des phytosanitaires, quand on constate que NDDL, n'est pas vraiment remis en question, quand on sait qu'on permet la création de nouvelles retenues d'eau, qui n'ont d'autres vues que de perdurer dans une vision industrielle et productiviste de l'agriculture.

Heureusement que la prise de conscience sanitaire de certains élus, et d'une partie des citoyens génère de vrais avancées, en un mouvement qui prend de l'ampleur, car au plan national le manque d'élan est criant de vérité.

Vais-je être surpris par les recommandations, dont on nous dit pour l'heure quelle encourageraient vraiment un changement de politique face aux pollueurs, que la Commission présentera les 23 et 24 mars à Bruxelles ?

Nous verrons à ce moment là si c'est la cas, en tout cas, même si on peut aussi se poser des questions sur les motivations réelles de la commission dont l'un des arguments, je cite : "Cela réduit la quantité d'eau disponible pour une série d'activités économiques, limitant de ce fait les possibilités de croissance future de plusieurs régions de l'UE" m'interroge, revoir les équilibres entres les payeurs (qui est actuellement un déséquilibre en faveur des pollueurs) est une nécessité impérative.

La Commission propose que : 'les Etats membres devraient adapter la tarification inadéquate des ressources en eau, en particulier - mais pas uniquement - dans le secteur agricole'.

L'état des eaux inquiète l'Europe, le principe pollueur/payeur galvaudé jusque là, est enfin plébiscité.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article