Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nucléaire, puisqu'il faut se préparer à l'accident, si au moins on faisait ça bien !

58 réacteurs, auxquels viendra s'ajouter l'EPR de Flamanville lorsque celui-ci sera fini, parce ça arrivera bien un jour, oui parce que pour ceux qui n'auraient pas suivi, le Sénat à changé la donne récemment, en effet puisque tous le monde annonce la baisse de la part du nucléaire nos sénateurs ont trouvé opportun d'augmenter la puissance productible possible pour le nucléaire, faisant passer celle ci de 63,2 GW à 64,87 GW, voyons voyons, si on calcul bien cela nous fait en gros, 1.67 GW de plus, comme le hasard fait bien les choses, l'EPR à une capacité théorique de 1600 MG, ce qui équivaut à court terme tout bonnement et simplement à démarrer l'EPR de Flamanville sans avoir à fermer un seul autre réacteur, elle est pas belle la vie du nucléaire en France !

Donc pour l'instant on garde tous le monde, de toute façon s'il fallait démanteler maintenant, premièrement on sait pas vraiment faire, deuxièmement on se retrouve avec le même problème que les Allemand, on ne sait pas quoi faire non plus des déchets.

L'évolution du nucléaire et de sa part dans le mix énergétique Français est un vrai casse tête, l'option qui est prise d'augmenter la durée de vie des réacteurs, qui, je le rappelle à toute fin utile, ont été pour les premiers au moins, conçu pour une durée d'au moins 30 ans (chiffres fournis par le constructeur!), non pas de 40 comme on aimerait nous le faire croire maintenant, cette option donc entraîne un fait indéniable, les structures des cœurs des enceintes des réacteurs nucléaires pour lesquelles ont est en aucune manière en mesure de les améliorer ni de les restructurer, auront l'age de leur artères, si on peut effectivement intervenir sur des éléments accessoires, le cœur du réacteur lui même et la cuve qui le contient eux sont inaccessibles. Passer à 40 ans c'est déjà augmenter d'un tiers une durée de vie. Envisager, comme ont la folie de l'imaginer certains, une durée de vie de 60 ans équivaut à doubler la durée de vie de structures des années 80, qui oserait imaginer cela possible pour n'importe quelle autre technologie usuelle ?

Eh bien pour le nucléaire on ose, on prétend, on illusionne, et ce sont ceux qui demandent à ne pas tenter le diable, à ne pas jouer à la roulette russe, à sortir du nucléaire, qu'on traite de fous, d'insensés, d'illuminés, de rétrogrades, si un jour un réacteur vient à entrer en fusion, je n'ose imaginer comment le réveil pourrait cruellement ramener à la réalité implacable. Le temps fait sont oeuvre déstructurante, et affaiblissante sur tous les matériaux, n'en déplaise aux pro-nucléaires, qui s'imaginent passer outre les lois de la physique élémentaire.

Il nous faut donc nous préparer à vivre avec le risque nucléaire comme épée de Damoclès au dessus de la tête, cette cause bien que je la condamne de toute mes forces, est maintenant entendue, à moins d'un bouleversement total au sommet de l'Etat Français n'intervienne, mais je n'y crois pas un seul instant, seule une révolution citoyenne pourrait éventuellement changer la donne et cette révolution là je ne la sens pas venir non plus, même si certaines prises de consciences sont évidentes.

Je le souhaite ce réveil citoyen, mais je n'entrevois pas à ce jour de retournement possible tant la majorité est prisonnière d'un niveau de vie qui ne laisse aucune chance à une forme de décroissance, ce n'est que par et sous la contrainte que les changements interviendrons je le crains.

Cette contrainte, il est envisageable, et le temps augmente chaque jour qui passe son taux de probabilité, qu'elle intervienne au travers d'un accident nucléaire, ce jour là, une vrai révolution sera de fait accomplie, on aura beau essayer d'en cacher et d'en nier les effets dévastateurs, ils seront là et bien là inscrit dans le nouvel ADN de la vie des alentours, et ce sont ces alentours, ces zones d'atteintes, et par conséquent ces zones d'évacuations envisagées, que je veux évoquer ici, pour déplorer la minimisation qui en est envisagée dans les plans actuels en cas d'accident nucléaire.

L'aveuglement est bien total, depuis le déni de la possible vrai catastrophe que l'on habille d'une caractérisation d'accident, à la désinvolte préparation à ses effets, une totale irresponsabilité est de mise dans le clan des nucléocrates, une incroyable légèreté que j'ai envie de qualifier de criminelle.

La zone d'évacuation en France autour d'une centrale nucléaire est de 2 à 5 kms, pour comparaison, celle du Japon est de 20 kms, et celles et ceux qui ont vraiment osé si intéresser, savent que ce fut insuffisant pour certaines contrées qui étaient sous les vents dominant au dramatique moment.

La faiblesse du scénario de (non)préparation, à ce qui nous est maintenant proposé comme quasi inévitable, tient de la fumisterie, de la totale incompétence, mais pourquoi et comment s'en étonner me direz-vous, et je vous l'accorde, il n'y a rien de plus logique là dedans, qu'en on est aveugle on ne voit rien venir !

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article