Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La logique comptable de l'économie de marché ruine l'écologie donc la terre et l'humain, car c'est sa nature.

Il n'y a pas de temps à perdre !

Cette phrase j'ai dû l'écrire des dizaines de fois sur ce blog, avec pour visé une transition sociétale, retrouvant conscience de l'humanisme et de l'écologie, et c'est terrifiant de constater qu'avec le même enchaînement de mots, selon qu'il soit proféré par un militant comme moi et tant d'autres, et que la même intention, puisse revêtir des caractères si contraire, selon qu'elle émane d'une autre voix et d'une autre forme d'engagement pourtant similaire en apparence.

Dans une interview, Ségolène Royale, en parlant de sa vision de l'action nécessaire en faveur de l'écologie, a répondu : il n'y a pas de temps à perdre, sans rire, asséné comme une certitude manifeste, et une vérité qui l'obligerait à agir sans équivoque. Elle venait de participer, à New-York s'il vous plait, à la marche pour le climat quelques jours auparavant. A la lecture de ses réponses une sensation étrange m'a envahie, quelques chose entre le rire jaune et l'envi de vomir, au regard de ses actions dans la réalité.

Christian de Perthuis a considéré lui aussi qu'il n'a pas de temps à perdre, l'écologie ne doit pas être punitive, voila le nouveau slogan, il faudra qu'elle aille défendre cette posture dans les îles déjà beaucoup moins paradisiaques du pacifique si elle ose y aller, et face aux premiers déplacés climatiques Français, qui vont devoir abandonner leurs maisons dans le sud de notre pays bientôt. Il faudra justifier comment elle a utilisé ce temps qui n'est plus à perdre, face à tous ces enfants, ces femmes et ces hommes qui doivent pourtant considérer un caractère punitif aux conséquences qu'ils subissent déjà, l'inaction qui perdure et se conforte même, elle, est punitive.

Pendant donc qu'on se gargarise dans les médias de voir un Français récompensé, par un prix économique qu'on enjolive en lui donnant le titre de Nobel de l'économie, alors que ce dernier est l'un des chantre du système qui est en train de nous mener tous à la ruine et vers le chaos, un autre économiste a donc fait sa valise, gageons que le départ de ce dernier, ne fera pas la une lui.

Ce ne sont pas ces mots, mais je crois qu'il aurait pu le résumer ainsi, l'écologie est passé en mode low cost, ce qui prend le pas, et donne la cadence, n'a jamais rien eu d'écologique, il s'agit de la croissance verte, du développement durable, de la logique comptable, l'écologie au service du système.

Le système financiarisé d'économie de marché, de développement et de croissance tue l'écologie, il tue la terre, il tue l'avenir de l'homme, ce n'est même pas qu'ils soit mal encadré, ou mal piloté, c'est sa nature profonde, son essence même qui en défini l'inéluctable.

L'économie de marché n'a que faire de la subsistance du plus grand nombre, de l'appauvrissement qui s'étend et s'amplifie, de l'effondrement des ressources, et de l'écologie, son seul but est le profit, pour y parvenir, sa fonction est de donner une valeur financière à tout ce qu'il peut toucher, et rien d'autre.

Sortir de ce système est la seule issue possible.

Il n'y a pas de temps à perdre !

La logique comptable de l'économie de marché ruine l'écologie donc la terre et l'humain, car c'est sa nature.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article