Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'austérité entraîne l'austérité, les inégalités génèrent des inégalités croissantes, à force de donner toujours plus aux mêmes et de prendre toujours plus aux autres, comment pourrait-il en être autrement !

Le système de consommation ne peux fonctionner que s'il y a des consommateurs, et des consommateurs en nombres, une évidence qui avait échappé à certains économistes, en tout cas à ceux qui ont décidé des politiques d'austérités menées depuis quelques temps, et qui ne font qu'amplifier le mal qu'elles étaient sensées guérir.

Alors bien sûr le but escompté par ses nouveaux chantres de la sortie des politiques d'austérités, dénonçant les inégalités croissantes n'est pas celui que j'appel de mes vœux. Celui que je poursuis découle d'une vision d'un autre partage, d'un vrai partage, d'une redistribution des richesses, qui tiendrait également compte d'un niveau de consommation réduit pour en finir avec la surexploitation de la planète. Une redistribution des richesses à une échelle qu'aucun de ces organismes là ne sont capables d'imaginer, pas plus d'ailleurs que la grande majorité des citoyens, qui pour la plupart acceptent encore cette privatisation du bien commun que devrait être le produit de tout, oui c'est bien ce que je dit, tout ce qui est produit à valeur pour moi de bien commun.

La privatisation, celle qui commence par l'acceptation de l'idée que quelque chose puisse nous appartenir en propre, est la base de tout ce qui pilote la destinée de l'humanité, et qui conduit à la situation actuelle d'accaparement des richesses par une minorité certes croissantes, mais au détriment de l'immense majorité pour laquelle les miettes à partager elles diminuent, ce chemin ne peut que finir qu'en impasse et chaos.

Ce n'est pas l'argent qui manque, des sois-disant richesses, il en existe en valeur virtuelle bien plus qu'il n'en faudrait pour en finir avec tous les maux économiques de la terre, qui sont souvent l'essence des autres maux qui en découlent, à l'exemple pour n'en prendre qu'un ici du constat affligeant pour notre pays de France d'un nombre croissant d'enfants de femmes et d'hommes qui ne sont plus en mesure de veiller sur leur santé.

Seulement voilà j'envisage moi un autre monde, un monde qui aurait construit ou reconstruirait (c'est un choix !) sa civilisation sur autre chose que l'esprit de privatisation. C'est de ce paradigme là dont il faudrait sortir, de cette acceptation incroyable des masses de se laisser spolier de la sorte par une oligarchie qui détient maintenant tous les pouvoirs parce que nous leur avons laissé la possibilité de les prendre, et de nous les confisquer. Une société pour l'humanité pas pour le commerce et la monétisation, une société de partage pour l'humanité, pas pour le profit et l'accaparement, une société où l'idée de croissance, envisagerait celle du bien être sanitaire et social avant tout, et ne prioriserait pas l'unique valorisation boursière, une autre société où la croissance serait celle du lien et du bien commun, en veillant à ne pas surexploiter les capacités de la planète, est-ce si inenvisageable ?

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article