Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand la France vote non à la fin de l'impunité des multinationales.

Comment qualifier une telle position ? comment peuvent-ils justifier une telle posture ?

Je n'en crois pas mes yeux, preuve s'il en était encore besoin que les grands industriels ont une réelle emprise sur les représentants français, MEDEF et FNSEA, influencent de moins en moins secrètement les orientations politiques, économiques, technologiques, et réglementaires, ça en devient indigne d'un pays dont l'un des principes fondateurs, les droits de l'homme est de plus en plus bafoué, maltraité, renié même parfois, j'ai mal à la France quand je constate où l'on en est rendu.

Malgré l'opposition de le France, de l'Allemagne, et des Etats-Unis, (je suis surpris que le Royaume-Uni, ne vienne pas compléter ce tableau), le Conseil des droits de l'homme de l'ONU s'est prononcé en faveur d'un projet de résolution déposé par l'Equateur et l'Afrique du sud afin d'élaborer de nouvelles normes internationales contraignantes sur les entreprises multinationales et les droits humains, (gageons que d'ici à la validation d'un texte contraignant, il ne subsiste pas grand choses des demandes originales).

La France qui siège au conseil de droits de l'homme depuis le 1er janvier 2014 devrait-être à l'initiative de ce type de démarche, à l'inverse elle (enfin ceux qui la représentent) s'oppose, la preuve d'un autre terrible constat, celui d'une représentation qui n'a plus rien de démocratique, je ne crois pas un seul instant que si le peuple Français avait eu à se positionner sur une telle question, il en aurait été ainsi, il y a un mal très profond qui s'est instiller sournoisement.

C'est insupportable !

22e session du Conseil des droits de l’Homme à Genève -

22e session du Conseil des droits de l’Homme à Genève -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article