Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Loi de transition énergétique, le nucléaire inchangé, le diesel tabou, il faudra augmenter la consommation d'électricité, EDF vous remercie.

Pouvais-je ne pas parler de l'annonce du projet de nouvelle loi de transition énergétique officielle depuis le 18 juin, qui semble satisfaire un grand nombre, le moins que l'on puisse dire c'est que quelques avancées positives, ne masquent pas une forme de conservatisme entêté sur le nucléaire notamment, et à propos du diesel également.

Les engagements pour favoriser les ENR et pour agir en faveur de l'efficacité énergétique, s'ils sont bien présents et intéressants, n'ont rien de très ambitieux, le rapport entre ce qui était attendu et ce qui est annoncé n'est pas d'un grand rendement.

Il y a dans l'équation présentée comme une incongruité, comment faire baisser à 50% la part du nucléaire, si en même temps on s'engage à favoriser de vrais progrès en terme d'efficacité énergétique qui devraient donc signifier une baisse des besoins en production électrique, tout en développant les énergies renouvelables également, et en en augmentant même la production, tout en maintenant la production électrique nucléaire au niveau qu'aujourd'hui ?

L'incohérence, voir l'impossibilité mathématique, trouve sa solution en créant de nouveaux besoins en électricité, bingo la voiture électrique et bien sûr on préserve le chauffage électrique l'une des pire solution pour se chauffer, si cher à EDF et de plus en plus chère pour le consommateur, et le tour est joué.

Voilà comment tronquer une transition énergétique qui loin d'être le tournant majeur que la situation économique, sanitaire et climatique réclame, n'est qu'une retouche sensible propre à ne rien changer en profondeur, la France restera le pays le plus nucléarisé au monde, avec des centrales vieillissantes, et fort coûteuses, que l'on remplacera par d'autres encore plus coûteuses, et dont la sûreté ne sera ni plus garantie, ni assurée, si ce n'est par les deniers de l'Etat, enfin par les citoyens voulais-je dire !

Une autre orientation me laisse pour le moins perplexe, celle de la voiture électrique, si j'admets et accepte le postulat qu'elle puisse être une solution pour la ville, j'aimerais qu'on m'explique ce qui va bien encourager les possesseurs de motorisations diesel, soit l'immense majorité des ruraux, qui en principe se devraient d'être de gros rouleurs, sans quoi leurs choix du diesel était une erreur, à se tourner vers l'électrique à l'autonomie fort insuffisante, ceux qui ont fait le choix de l'essence n'auront même pas à se poser la question, puisqu'ils semblerait que seul le passage du diesel à l'électrique soit subventionné !

Un autre plan m'interroge, celui de la construction de 1500 méthaniseurs, les conditions requises pour que ce type de projets soient viables à long termes, sont difficiles à trouver, et surtout difficiles à maintenir.

Après ces considérations générales personnelles, dont chacun peut avoir une approche et une interprétation différente, il y a cachées dans les coins d'autres surprises, et sans doute que toutes ne sont pas encore décelées, une au moins nous en dit long sur l'esprit de cette gouvernance oligarchique, et sur les manœuvres anti-démocratiques, qu'elles n'ont de cesse de répéter, le nucléaire étant leur jardin de prédilection dans ce domaine, avec la défense nationale bien sûr qui elle voit son budget rééquilibré au détriment des fonds pour la défense de l'environnement, la gestion des déchets nucléaires se voit prise en compte dans le cadre de cette loi, alors même que cette question ne devait pas être abordée, et alors même que le débats n'était pas clos, décidément dès qu'il s'agit du nucléaire, les masques tombent, et la démocratie périt.

Photo en provenance de l'un des articles mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance de l'un des articles mis en lien dans ce billet.

Gageons que les débats seront houleux dans l’hémicycle, quand il va s'agir, de décortiquer tout cela, le pire est sans doute encore à venir !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gaspard 23/06/2014 14:35

Sans réelle ambition de réduire la consommation d'électricité et de développer très vite les énergies renouvelables, la transition réelle sera en effet bien limitée.

Quelques données pour mieux comprendre.

http://energeia.voila.net/nucle/ambiguite_nucleaire.htm

A remarquer la puissance nucléaire qui disparaît chaque année, avec la production d'électricité moyenne correspondante, qu'il faudra bien remplacer par de l'électricité renouvelable.

Daniel JAGLINE 23/06/2014 16:18

Bonjour Gaspard
Merci pour ces informations, que je conseille à tous de consulter.
Il va nous falloir beaucoup de chance pour échapper au potentiel prochain accident grave, tant la probabilité est grande que cela nous arrive, vue le nombre de réacteurs disséminés dans notre pays.
Même s'il y a une réelle volonté de transition vers plus d'ENR, le coût du nucléaire va être une entrave majeure, qui va réduire drastiquement les possibilité d'investissement. Quand on a compris que ce sont les mêmes acteurs qui sont en arrière plan les seuls capables de développer les filières ENR, et le nucléaire, il devient évident que si les investissement majeurs sont accordés à l'un, l'autre se contentera des miettes, or l'un , le nucléaire accaparera des sommes astronomiques, quand les premiers démantèlements vont devoir commencer, d'autant plus que si j'ai bien compris, de nouveaux engagement ont été pris pour que les démantèlements soient mis en oeuvre rapidement après les arrêts définitifs des réacteurs quand ils interviendront, donc ces coûts supplémentaires ne pourront pas être repoussé.