Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La voiture toute électrique, comme si c'était l'idéale panacée ! la même erreur que l'envoûtement d'antan pour le diesel ?

Le propre de l'humain c'est d'apprendre (ou pas !) de ses erreurs !

Peut-on apprendre de ses erreurs ? Questionnement philosophique, qui durera je crois jusqu'au dernier souffle du dernier humain vivant, et je peux faire erreur en pensant qu'il n'en conclura aucune certitude vérifiable !

L'adage populaire dit qu'on apprend de ses erreurs, en tout cas qu'on devrait le faire, mais cet adage comme tant d'autre n'est-il pas qu'une mise en oeuvre inconsciente (ou pas !) d'une forme de méthode Coué, à ranger au rang des 'quand on veux on peut' et 'impossible n'est pas Français', une idéalisation illusoire !

Il y à quelques décennies, un choix politique en France, une de ces exceptions Françaises, comme le nucléaire, où l'interdiction des soupapes de sécurité sur les réservoirs de GPL fut fait, celui de favoriser par tous les moyens la motorisation diesel, au détriment de toute autre forme de combustible, je me permets juste ici sans m'attarder, car ce sujet mérite bien plus qu'une simple allusion, de rappeler que d'autres technologies ont été entravées et enterrées à cette fin, pour ne pas venir en concurrence aux produits fossiles, et pas seulement en France d'ailleurs.

A l'heure où la compétitivité et l’indépendance énergétique, sont présentés comme les enjeux majeurs, d'une vision consumériste 'durable' de la société que je ne partage pas, à l'heure où la dépollution sanitaire et environnementale devrait par contre être la priorité, le constat des conséquences de cette orientation orchestrée ne laisse aucun doute quant à la conclusion qu'il s'agissait là d'une erreur manifeste, terriblement néfaste à plus d'un sujet.

Sur le plan sanitaire d'abord et surtout, la focalisation sur les taux d'émissions moindres de CO2 , favorable aux motorisations diesel a revêtu les mêmes insuffisances d'analyses qu'à l'heure actuelle, où tous les autres effets sont soit oubliés, soit minorés soit occultés.On avait isolé l'un des GES en minimisant illusoirement l'impact de tous les autres, et des autres formes de pollutions, en l’occurrence, les particules fines, le NOX, etc etc.

La même erreur est commise actuellement à l'exemple des gaz de schiste, qui en est une démonstration, si il semble en effet démontré que l'utilisation du gaz émet moins de CO2, sa production, émet des taux largement supérieur de méthane, gaz aux effet jugées de 20 à 40 fois plus impactant, certes sur une période plus courtes, mais ...ainsi qu'une addition non exhaustive à long terme d'autres formes de pollutions et dégradations environnementales, or c'est bien l'impact global et entier qu'il faut prendre en compte et pas seulement en isoler un. Sans réduire à néant les pollutions engendrées par les motorisations essences, dont on ne parle pas ou peu, alors qu'elles sont proches, quand elles ne sont pas supérieures, à l'instar du CO2, on en est arrivé à laisser sous entendre (volontairement ?) que l'essence serait beaucoup moins néfaste, autre erreur !

Sur le plan fiscal ensuite, les divers avantages qui ont accompagné la progression souhaitée de l'évolution massive de la 'dieselisation' qui perdurent encore, on réduit drastiquement les rentrées dans les caisses de l'état, quelle gabegie !

Sur le plan de l'indépendance énergétique également, puisque paradoxalement, et imbécilement, il nous faut importer du gaz-oil, alors qu'on doit exporter de l'essence !

Voilà donc un choix erroné, qui devrait inciter à beaucoup plus de prudence quant à l'édiction d'une nouvelle stratégie unidirectionnelle !

Et pourtant, la même obstination déraisonnable et arbitraire n'est-elle pas en train de voir le jour avec la voiture électrique ?

Il n'y avait aucune illusion à se faire quant au positionnement de la nouvelle Ministre de l'écologie, Ségolène Royal qui est en effet convaincu, pour des raisons qu'il conviendrait qu'elle partage et démontre, que l'avenir au moins urbains, doit s'orienter vers le tout électrique.

Bien que je ne partage pas la position de Jean-marc Jancovici au sujet du nucléaire, loin s'en faut, je considère son analyse très intéressante, quand à l'impact réel et aux incidences évidentes que sous-tendrait l'orientation excessive du tout électrique pour ce qui concerne le déplacement, et pas seulement. La même erreur ayant été commise également concernant le chauffage, dans les deux cas, le surplus de besoins de production d'électricité favorise et nous englue dans le nucléaire. Ce qui devient un argument pour Jean-Marc Jancovici, pour défendre le nucléaire, en est un pour moi de lutter contre cette vision justement, tout doit être fait au contraire pour réduire nos besoins d'électricité, afin de permettre de se débarrasser du nucléaire.

Produire de l'électricité est un des moyen les plus subtilement néfaste à la survie de la planète et des humains, cet objectif là et tout ce qu'il induit est le fondement même de nos maux, avec le moteur thermique, l'électricité, sont les deux avancées technologiques qui ont généré et favorisé à peut près toutes les formes d'atteintes à l'environnement, à la biodiversité, à la vie, que l'on connait maintenant, dans les pays dit 'développés', le revers de la médaille en quelque sorte !

Si les 'progrès' et les 'bénéfices' à court terme sont incontestables pour plein de sujets, facilité et simplicité d'existence, durée de vie en hausse, avancées technologiques, etc etc, à plus long terme, leurs contreparties dont on commence à entrevoir les effets pourraient bien nous obliger à reconsidérer, le bien fondé d'une telle évolution technocratique et moderniste.

Je sais, en affirmant cela je me disqualifie peut-être tout seul en espérant inciter des non-convaincus à réfléchir à l'évolution de l'humanité, et à la survie de la planète, mais l'erreur fondamentale est de se voiler la face, d'être dans le déni, la science sans conscience ne sauvera pas l'humain et la planète qu'elle atrophie et dévitalise, elle la détruit, et la détruira jusqu'à son dernier souffle si elle n'est pas assujettie à des critères sociétaux humanitaires et écologiques dont les objectifs devront être encadrés, réorientés vers une autre vision de 'l'évolution' !

L'erreur est humaine.

Lorsque je cherche quel dessin ou photo je vais poster en accompagnement de mon billet, je m'efforce de respecter le droit, donc souvent je ne m'autorise pas à prendre autre chose que la photo d'un article mis en lien, mais parfois soit il n'y en a pas, ou pour une autre raison, je considère qu'elle ne convient pas. Il m'arrive parfois de ne citer un article qu'à cette fin. Cette fois la photo à ceci d'étonnement adaptée, que sont lien est invalide, et ouvre sur le message 'Erreur 404' !

Lorsque je cherche quel dessin ou photo je vais poster en accompagnement de mon billet, je m'efforce de respecter le droit, donc souvent je ne m'autorise pas à prendre autre chose que la photo d'un article mis en lien, mais parfois soit il n'y en a pas, ou pour une autre raison, je considère qu'elle ne convient pas. Il m'arrive parfois de ne citer un article qu'à cette fin. Cette fois la photo à ceci d'étonnement adaptée, que sont lien est invalide, et ouvre sur le message 'Erreur 404' !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article