Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FukuChiNon: Ils avaient mis la dose pour 'nous protéger', nous manifestant, pendant que d'autres, les sous traitants, la fuit la dose !

En toute sécurité !

La tranquillité à été de mise de chaque côté des barrières anti-émeutes, Chinon n'a pas eu à trembler, finalement les seuls qui en ont subit de vrais tracas, ce sont les habitants de la ville et quelques commerçants le long du quai, car le lourd dispositif policier à contraint certains à fermer leurs boutiques, les autres n'ayant reçu que peu de clients puisque le dispositif rendait cette zone imperméable, ils peuvent en remercier leur responsables politiques.

Sous un soleil radieux à faire frissonner de plaisir un panneaux photovoltaïque, entre 800 et 900 manifestants, (Ouest France à du confondre force de l'ordre et manifestants, et additionner les deux !) ont déambulé dans un circuit bien fermé, mais tellement agréable sur les bords de la Vienne, jeunes et moins jeunes anti-nucléaires ont pu profiter d'une attention protectrice bien particulière, tout était cadenassé, l'ambiance est pourtant restée d'une étonnante platitude, le ton donné en tête de cortège, où heureusement quelques percussions rythmaient quelques slogans militants, à reçu peu d'échos dans les rangs, avançant dans une grande tranquillité, à quoi bon s'égosiller, il n'y avait que l'eau et de nombreux CRS peut enclins semble-t-il, à recevoir nos doléances, pour écouter.

Un seul slogan, tellement à propos à, l'espace de quelques minutes, fendu l'air, comme un unique petit sursaut de bravade citoyenne : 'Société nucléaire, société policière', la démonstration en était tellement criante d'exemplarité, que le clamer semblait même superflu !

L'écho dans la presse est d'ailleurs à la hauteur de la volonté politique d’étouffement de ces voix, qu'on à contraintes à l'inaudibilité, heureusement que le soleil était là et que quelques jeunes ont apporté une touche d'humour colorée.

Cette manifestation du grand-ouest ne restera pas dans les annales, mais elle démontre que malgré tout, le nucléaire n'a pas que des adeptes en France, et que leurs arguments sont étouffés, mis sous l'éteignoir de la sacro-sainte électricité 'pas chère', si vantée, si mensongère.

Cette contre vérité commence à poindre et n'a pas fini de mettre les citoyens devant une révélation démystifiante et synonyme de haute trahison, poursuivre dans la voie nucléaire, c'est cet avenir là.

En plus des sur-coûts, liés à des travaux de mises en conformité post-Fukushima, et la prolongation de production de réacteurs et de centrales qui n'ont pas été conçu pour cela. De nouveaux réacteurs devront voir le jours, des EPR dont les prix se sont envolés, annoncés au départ à 3,4 milliards d'euros, dont la facture encore estimative est maintenant évaluée à 8.5 pour celui de Flamanville, 6.6 pour celui de Finlande, EDF annonce maintenant la faisabilité présumée de l'ordre de 6.5 milliard pour les prochains EPR, mais la facturation contractualisée au Royaume-uni de deux réacteurs pour 18.9 milliards, met à 9.45 l'un. Plus personne n'ignore que ces chiffrages estimatifs, sont toujours revus à la hausse, et toujours dans des mesures hallucinantes, le nucléaire pas cher était déjà une supercherie, cela devient un mensonge d'état.

Je ne reviendrais pas ici sur les risques d'accidents, les démantèlements et la gestion des déchets, dont j'ai déjà fait part à maintes reprises.

FukuChiNon: Ils avaient mis la dose pour 'nous protéger', nous manifestant, pendant que d'autres, les sous traitants, la fuit la dose !

Un autre aspect de l'industrie nucléaire est beaucoup plus rarement évoqué, et pour cause, les témoignages rarissimes et la transparence à la mode nucléaire, maintiennent l'information au niveau du secret, mais quand des acteurs de la filière et des témoins dénoncent les conditions de travail des employés du nucléaire, et le délitement général qui en ressort, ce qui se dessine n'est pas rassurant.

Ce sont les sous-traitants, qui sont le plus exposés aux rayons ionisant, cette situation indigne, n'est même pas reconnu, au contraire, une double peine vient d'être institutionnalisée ,

La dose de sécurité, eux ils la fuit, devant s'en préserver le plus longtemps possible, et pourtant, parfois mis dans l'obligation de jouer avec le feu des nucléides, ils trichent avec les moyens de contrôle comme, on cache une aventure, avec une amante, pour garder intacte le couple travail/salaire.

Des conditions de travail de plus en plus éprouvantes, des compétences qui s'étiolent, des niveaux de sous-traitances, qui diluent les responsabilités, les risques sanitaires, et les risques juridiques, une gestion qui se perd dans les méandres du moindre coût au détriment de la sécurité, des travailleurs et des installations.

La compétitivité avant la protection du professionnalisme, la baisse des coûts avant la haute sécurité des intervenants, le flexibilité avant l'utilisation des compétences entretenues.

C'est dans ces maux là que germent les déliquescences de toutes formes d'industries, le nucléaire n'y échappe pas, la majeure partie des accidents quels qu'ils soient et dans quelque domaine que ce soit, sont liés plus ou moins étroitement avec des défaillances, des déficiences, des erreurs humaines. Dans une technologie aux effets si dévastateurs lorsque survient l'accident, une gestion de la compétence se devrait d'être établie au rang de priorité absolue, niveau qui, même maintenu, ne garantie pas de tout.

Mais le profits et la volonté de se déresponsabiliser, passe avant tout autre critères, comment alors prétendre à la sécurité et à la sûreté ?

Photo en provenance d'un article mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance d'un article mis en lien dans ce billet.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article