Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Après l'éducation, ce sont les arts et la culture qui s'ajoutent au 'Total' : du sponsoring 'privé'*, mais pas * de son influence !

Je ne vais guère m'étendre sur ce que je considère comme une hérésie de gouvernance, j'ai déjà exprimée mon incompréhension dubitative, lorsque j'ai appris la présence de 'Total' au sein même du système éducatif, quand je pense qu'on s'offusque au fait qu'on puisse montrer à des enfants ce qu'est un corps humain, et ce qu'est la sexualité, et qu'on ne trouve rien à dire sur la promiscuité entre secteur industriel privé et éducation, j'enrage !

Absurde, TOTALment absurde, non pas spécifiquement parce qu'il s'agit de TOTAL, non, mais parce que par définition le secteur privé ne saurait faire autrement que d'orienter l'information et la formation, de désorienter celle et ceux qui voudraient garder un libre arbitre impartial, l'influence ne peut qu'être offensive, vous en doutez ?

Prenons juste à témoin l'équilibre Total qui est mis en place dans ce partenariat, je cite :

'Les critères de choix des projets sont très vagues. Ceux-ci sont sélectionnés par un jury de quatre membres : un représentant du ministère de la Culture, un autre du ministère de la Jeunesse et deux représentants de Total (le directeur du mécénat et le responsable du pôle Culture de la Fondation Total). La sélection des projets est effectuée « selon les priorités partagées des ministères et de Total »'.

Gageons qu'avec cela la culture en sera grandi, et l'art total, et vive l'industrie pétrolière, qui n'a pas de bénéfices pour payer des impôts, mais qui peut investir dans l'éducation et la culture TOTALitairement partiale.

Photo en provenance de l'article mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance de l'article mis en lien dans ce billet.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article