Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les grands événements sportifs me font honte, et c'est une souffrance pour moi qui aime ces compétitions.

Je suis dans une dualité terrible, torturé par ce conflit intérieur, qui émane de ce qui est devenu contradictoire et paradoxal, j'aime le sport en général, et le sport de haut niveau en particulier, les compétitions qui voient s'affronter ces femmes et ces hommes qui repoussent toujours plus loin les capacités humaines, j'aime ces tentatives pour battre les anciens records, qui repoussent toujours plus loin les limites physiques et mentales, j'aime le sport dans cette fonction qu'il a de démontrer que les buts ultimes nécessitent de l'exigence, de la persévérance, de la rigueur, mais cela ne me fait pas fermer les yeux sur l'envers du décor, sur les revers des médailles, les tricheries, les excès, les tromperies, les dopages, ces attitudes anti-sportives qui après avoir été pratiqués par quelques un se sont ensuite étendus.

Jusque là, on aurait encore pu considérer que seuls des travers individuels de la nature humaine entachaient la beauté du sport, mais la marchandisation à fait son oeuvre dans ce domaine là aussi, et l'esprit du sport de haut niveau est sacrifié sur l'autel monétaire planétaire.

Demain c'est la cérémonie d'ouverture des JO d'hiver de Sotchi, de la préparation de ces jeux on peut malheureusement faire un résumé très embarrassant pour un amateur de sports en trois points inacceptables, dévastation de l'environnement, droit des travailleurs bafoués, gaspillage d'argent public,

On pourrait relativiser si cet exemple là était un dérapage unique, une erreur inattendu qu'il conviendrait seulement de ne pas renouveler, mais d'erreur il n'y a point, tout cela était prévisible, des jeux d'hiver dans une station balnéaire, l'inadaptation dans toute sa splendeur, que dire alors du projet pour la future coupe du monde de football au Qatar, là c'est le calendrier qu'il va falloir modifier, en effet le climat de cette région rend juste quasi impossible la réalisation du projet dans des conditions météorologiques acceptables, ce qui pourtant est l'un des critères contraignant dont devaient tenir compte les décideurs dans leur choix final pour l'obtention de cette coupe du monde. Celle-ci aura donc lieu en hiver, ce qui va poser des difficultés majeurs à de nombreux pays et athlètes pour de nombreuses raisons, mais ce que je veux relever surtout à travers ce changement de calendrier c'est la bêtise, l'insupportable incompétence, l'absurdité des choix des décideurs qui ne pouvaient pas ignorer là aussi l'inaptitude du projet, l'injustice est totale vis à vis des autres candidats, qui ont été évincés indignement, mais ce que je veux aussi condamner, c'est l'esprit inhumain sous-jacent, l'oubli total des implications que font peser sur les hommes ces choix, et quand je veux parler des hommes, je veux parler de toutes celles et ceux qui participent de près ou de loin à la préparation, à la bonne réalisation et des sportifs eux aussi qui devront subir ces conditions inadaptés, et je veux surtout parler de celles et ceux qui en deviennent esclaves, ces travailleurs qu'on maltraite et qu'on asservi, c'en est à un tel point que même la FIFA s'est vue dans l'obligation de ne plus se taire, et pour que celle ci en arrive à cela, c'est dire l'ampleur du désastre, et de l'inacceptibilité, car cette organisation à pourtant à sa tête des individus qui ont été capable d'affirmer que pour eux il était plus confortable de travailler dans des pays ou les décisions arbitraires et dictatoriales permettaient plus de latitudes opérationnelles, c'est dire l'état d'esprit de ces hommes.

On pourrait une nouvelle fois s'essayer dans le déni, sauf qu'entre temps c'est le Brésil qui va recevoir, cette compétition, Brésil le pays du football, où ce sport est une quasi religion, quel autre pays pourrait prétendre être plus légitime dans ce choix, à mon sens aucun, ce n'est donc plus là des problèmes majeurs d'inadaptations, ou de choix infondés ou mal fondés, qui sont l'écueil de ces dysfonctionnements et horreurs, c'est bien l'esprit de démesure qui s'est emparé de tous les acteurs de ces grandes compétitions sportives.

Démesure, face à des peuples qui souffrent et jugent ces dépenses somptuaires bien malvenues, où l'esprit du sport est finalement bafoué, tout autant que les hommes le sont, pour faire place comme le titre d'un article le résume assez bien à un terrain de jeux du néolibéralisme mercantile .

Pour la première fois de ma vie demain je ne vais pas regarder la cérémonie d'ouverture de ces jeux d'hiver, et c'est un crève cœur pour moi, mais même si cela ne sera que symbolique je vais regarder cette compétition avec un regard nouveau et l'esprit soucieux du revers de la médaille, empêtré dans mes contradictions.

Deux autres aspects viennent rajouter à la noirceur du tableau que je viens de dépeindre, mais puisque j'en suis à faire le point en quelque sorte, la disproportion qui se fait jour entre les peuples et toutes ces démesures déshumanisantes, éveille des rancœurs et des haines d'une part, celle ci se traduisent par exemple à Sotchi, par une annonce inquiétante, l'appel d'un chef islamiste à 'empêcher par tous les moyens' la tenue des jeux olympiques, et d'autre part par des prises de risques d'un nouvel ordre qui deviennent à mon sens très inquiétantes, sous prétexte très certainement de rajouter au spectacle qui n'est sans doute pas encore assez intéressant au regard de certains, il a été jugé bon de rendre au moins une compétition encore plus dangereuse qu'elle ne l'est ordinairement, et pourtant la descente à ski n'est déjà pas la plus simple des compétitions, or ce midi j'ai écouté l'interview de deux français, l'un considéré comme le meilleur représentant masculin de la discipline, qui après avoir décrit ses premiers essais terminait par une conclusion symptomatique en expliquant qu'il allait maintenant falloir mettre plus de 'fart' sous les skis afin de gagner les précieuses millisecondes qui vont être nécessaires pour se hisser sur le podium qu'il affirme être son objectif minimal, la piste de cette descente homme est jugé trop tournante avec des saut qui envoie les skieurs trop loin, l'autre, l'une de nos représentante féminine, qui faisait part de l'aspect très bosselé de la descente féminine, qui va donc même être raboté suite à une première chute heureusement sans trop de gravité et dans le ton et derrière les mots de ces deux descendeurs aguerris, j'ai cru percevoir de la crainte, ne va t'on pas pour le spectacle vers trop de dangerosité, et de prise de risques inconsidérés ?

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Photo en provenance d'un des articles mis en lien dans ce billet.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article