Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les 'aberrations' de la politique de l'eau, dixit la FNSEA, messieurs les syndicalistes agricoles soyons sérieux !

Ce billet, je dois l'avouer, est en réaction, car je suis profondément agacé par ce que je viens de lire, qui éclaire une nouvelle fois sur les positionnements insupportables de certains représentants du monde agricole, qui m'exaspèrent, démontrant combien sont partiales et orientés leurs analyses :

La Fnsea mobilise contre les « aberrations » de la politique de l'eau

Les inondations seraient favorisées parce qu'on ne peut plus nettoyer les fossés !

Cette réflexion que j'avais entendu dans les propos d'une personne de mon entourage hier, m'avait surprise, car je ne savais pas, je dois dire, que l'on avait plus le droit d'entretenir les fossés aussi simplement qu'avant, une recherche m'a permis de constater que oui effectivement curer un fossé a des répercutions indéniable, et ne peux se faire qu'en fonction de certaines règles à respecter, pourquoi, parce que cela permet d'augmenter le débit de l'écoulement, et donc d’amener l'eau plus rapidement au ruisseau, puis à la rivière et ainsi de suite en aval, et donc par conséquent d’amplifier et potentiellement d'accélérer l'éventuel débordement et inondation en bout de course !

La FNSEA n'en a cure, occultant et faisant fi des actions liées très étroitement à l'agriculture dont l'impact est pourtant fondamental et très impactant, tels les remembrements, les drainages, qui ont apportés des modifications profondes aux écoulements d'eaux en surface, et dont elle est grandement responsable.

Il est question particulièrement du Var dans cet article, les inondations, qui en effet prennent depuis quelques semaines un caractère répétitifs, et très dommageable, sont considérées comme le risque naturel majeur en France, et cette région est connu pour être déjà à haut risque en condition normale, cet hiver est assez exceptionnel, l'ensemble du territoire est gorgé d'eaux, il n'y a donc rien d'étonnant à ce qui arrive, les responsabilités, car il y en a, sont partagés, mais remettre en cause la seule politique actuelle de l'eau est d'une injustice crasse.

La nature et ses soubresauts météorologiques peut malheureusement prendre une forme dévastatrice impitoyable, mais elle ne nous prend pas par surprise, tout cela répond à des règles physiques fort bien connu, et déjà vécus maintes et maintes fois au fil des siècles, les zones inondables sont identifiées, ce sont les humains qui ne veulent souvent rien en savoir, et ignorer ces risques, les augmentant mêmes très souvent par leurs actions, d'ordres agricoles ou d'infrastructures, ou d'aménagements immobiliers, se servir de sa mémoire serait déjà faire preuve d'un peu plus de bon sens.

J'ai une pensée également pour les Bretons qui pataugent dans l'eau, et tous les citoyens qui habitent sur la côte Atlantique qui n'ont pas été épargnés non plus, et s'il y a une politique à remettre en cause, c'est celle qui a été suivi depuis des décennies, ou l'on a amplifié les conditions de ces catastrophes actuelles, construisant aveuglément dans des zones connus et répertoriées comme inondables.

Quand je pense à cela, je n'ose imaginer ce que serait la situation de celles et ceux qui bientôt côtoierons les multiples abords des futures nouvelles retenues d'eau que certains agriculteurs réclament à corps et à cris, combien déborderaient en ces jours humides, et créeraient d'autres inondations locales actuellement ?

Je peste également quand je pense à cette nouvelle 'cause' dont se sont emparés ces derniers temps, certains sénateurs, qui ne voient que par l'essor des territoires' et s'en prennent au principe de précaution, arguant que celui ci freinerait le 'développement des zones littorales, en créant des conditions trop restrictives à la Loi littoral. On est dans le même principe d'aveuglement, le déni de l'extrême fragilité des zones littorales, qui ne va que s'amplifier, l'actualité en est une évidente démonstration, favoriser les aménagements d'infrastructures ou d'immobilier en zone littorale, c'est prendre le risque de mettre encore plus de citoyens en danger, c'est absurde, et potentiellement criminel.

Les 'aberrations' de la politique de l'eau, dixit la FNSEA, messieurs les syndicalistes agricoles soyons sérieux !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article