Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

D3E, des 'déchets' pas comme les autres, une mine d'or volontairement abandonnée.

D3E ou DEEE, pour Déchets d'Equipements Électriques et Électroniques, dont le poids ne cesse d'augmenter, en parallèle de nos consommations sans cesse renouvelées.

La théorie voudraient qu'ils soient pour le moins récupérer en fin de vie, ne serait-ce que pour mettre fin à l'addition de pollutions qu'ils engendrent, or il n'en est rien, malgré le principe d'éco-participation qui est sensé financer la prise en charge de ces 'déchets' si particuliers, seulement un tiers de ceux ci sont en réalité récupérer en fin de vie.

Le montant trop faible de cette éco-participation participerait, en tout cas selon les responsables des filières de récupérations, qui sont pourtant ceux la mêmes qui établissent les règles, à l'impossibilité de vraiment tout récuperer.

Ce sont donc deux tiers de ces appareils qui finissent dans nos poubelles ordinaires, constat inquiétant.

Mais le plus grave dans tous cela, c'est le doute légitime qui sous tend cette situation, est-ce que tous les efforts sont bien faits pour parvenir à un résultat efficace, en façade le gouvernement et les producteurs sont liés dans le cadre du REP, pour organiser efficacement les collectes, seulement les intérêts de ces derniers, sont contraires, parvenir à récupérer et ne serait-ce que recycler la totalité de tout ces appareils coûte trop chers à leurs yeux.

Il y aurait pourtant là une source de création d'emploi indéniable, ne serait qu'en terme de recyclage, et que dire si on s’orientait vraiment vers une philosophie du retraitement et de la remise en marche !

Cette problématique concentre à elle seule une forme de résumé des affres de notre société de surconsommation, production effrénée qui impacte gravement sur les matières premières se raréfiant, organisation industrielle encourageant à la surconsommation, obsolescence programmée, et en fin de consommation du client, gaspillage et pollutions.

Il y a pourtant des initiatives très intéressantes, de gestion de ces déchets pour non seulement les recycler, mais aussi pour leur donner une seconde vie, seulement cette vérité là ne peut pas masquer une autre réalité effrayante, la majeure partie de ces déchets dangereux, échappe totalement à toute forme de tri et de recyclage, et fini en Afrique ou ailleurs dans des décharges immondes, aboutissant là bas par des filières parfois scandaleuses, quand les déchets sont qualifiés de don.

On aurait pourtant tout à gagner en prenant cette problématique à bras le corps !

Décharge de déchets électroniques au Ghana. OUEDRAOGO NYABA/SIPA

Décharge de déchets électroniques au Ghana. OUEDRAOGO NYABA/SIPA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article