Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pêche en eaux profondes : corporatisme minoritaire 1 / sauvegarde des espèces 0.

Une fois de plus un lobbying industriel a eu raison de la raison.

Au mépris de l'environnement, malgré la forte pression citoyenne, malgré les alertes scientifiques, rien n'y a fait, faudra-t-il qu'au nom de l'emploi d'aujourd'hui, on persévère irrémédiablement les surexploitations qui vont aboutir finalement à la destruction de tous les emplois de demain ?

Le Parlement européen rejette l'interdiction du chalutage en eaux profondes

Succinctement !

Plus en détail.

Alors bien sûr les professionnels de la pêche se défendent de telles détériorations, et affirment être bien plus sélectifs que ses détracteurs le prétendent, ils ont d'ailleurs eu assez de poids pour que cette pêche en eaux profonde puisse perdurer comme on vient de l'apprendre, alors je voudrais juste porter votre attention sur un constat, fait par les pécheurs eux mêmes, par la voix de l'Ifremer, qu'ils ont en plus l'audace d'affirmer comme un argument défensif, en effet ils 'tempèrent' en arguant que les captures accessoires ne surviennent qu’occasionnellement et en très petite, quantités, osant conforter cette allégation par un chiffre : les captures rejetées représentent SEULEMENT 20% des prises, 1 poisson sur 5, équivaut à leurs yeux à une très petite quantité !

Alors si comme moi vous voulez pouvoir agir face à cela, il y a une solution assez simple, n'achetez plus les poissons issus de la pêche profonde, Casino et Carrefour qui ont décidé de cesser la vente de ces poissons, ont compris que la bataille va jouer dans l'assiette.

La technique de la pêche en eaux profondes consiste à laisser traîner derrière de grands chalutiers d’immenses filets lestés qui labourent les fonds marins jusqu’à 1 800m sous la surface. (Biosphoto/Nicolas Gasco.)

La technique de la pêche en eaux profondes consiste à laisser traîner derrière de grands chalutiers d’immenses filets lestés qui labourent les fonds marins jusqu’à 1 800m sous la surface. (Biosphoto/Nicolas Gasco.)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article