Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Hydrate de méthane, on a qu'à brûler les glaciers pour finir de réchauffer la planète, où l'art de la stupidité.

Le Japon, mais pas seulement teste l'exploitation de l'hydrate de méthane aussi appelée 'glace de méthane', je vous propose de visionner d'abord ce 'focus'

Ce gaz considéré comme un gaz non conventionnel, de part les conditions d'exploitations non conventionnels qui sont nécessaire pour tenter de l'exploiter, serait nous dit-on présent en quantités astronomiques.

Le Japon fonde de grand espoir et investit donc massivement, sa situation actuelle l'en contraint indubitablement, il ont réussi une première extraction d'hydrate de méthane, là encore on fait planer l'hypothèse largement répandu d'une envisageable capacité de production qui offrirait je cite : 'un siècle ou plus de consommation', (décidément, le 'Monde' à bien changé), mais ne va-t'on va un peu vite en besogne car même si comme cela est affirmé dans cet autre article , ce qui parait inaccessible aujourd'hui pourrait l'être à moyen terme à l'instar des gaz de schiste, le parallèle est révélateur, de cette unique vision de l'énergie fossile à tout pris, et à tout prix.

Alors n'y a t'il pas un autre parallèle qu'on puisse faire, il se pourrait bien que oui, celui des réserves potentiellement vraiment exploitables, partout où a lieu l'exploitation des gaz de schiste les potentialités sont revues à la baisse, et ce dans de grandes proportions, alors voyons donc l'avis d'un géologue, qui pourrait et devrait faire réfléchir, qui dit je cite : 'En conséquence, pour le calcul des ressources ultimes récupérables, on ne doit pas tenir compte des hydrates sous forme de granules, de nodules ou sous formes diffuses dans des sédiments imperméables. Le volume en est notablement réduit et doit alors être compris entre 100 à 500 téramètres cubes de gaz, un ordre de grandeur comparable avec ceux des réserves des autres gaz non conventionnels. Quant aux réserves prouvées, on n'en connaît encore aucune.' dans un article certes datant un peu à notre échelle court-termiste, mais du point de vue géologique l'échelle de temps n'est évidemment pas la même, un fois de plus nous détruirions en quelques décennies des éléments qui ont mis des millénaires à devenir ce qu'ils sont à ce jour.

Je passerais sur les risques d'émanations évidents de divers GES en cas d'exploitation de ce nouveaux 'Graal fossile', pour revenir sur un autre aspect que vous avez dû relever si vous avez écouter et lu, c'est l'impact sur l'aspect maintient et emprisonnement des sédiments, ce qui serait une autre difficulté majeure de l'exploitation, celle ci ayant été évoquée dans la vidéo, réécoutez bien à partir de 2.25 minutes.

Il n'y a donc rien de durable là dedans, sauf l'horreur climatique de l'utilisation exacerbée de produits fossiles destructeurs à plus d'un titre, il nous faut bien sortir de cette vision ancienne et erronée.

Hydrate de méthane, on a qu'à brûler les glaciers pour finir de réchauffer la planète, où l'art de la stupidité.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article