Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sciences, sans reproductibilité, point de validité, alors qu'en est-il vraiment ?

Les sciences sont devenus au fil des ages l'un des fondements de nos sociétés, et malgré tout le soin apporté à leurs misent en oeuvre, en tout cas c'est ce que l'on est en droit d'en attendre, de nombreuses homologations de produits ou analyses, se sont vu remisent en cause par des découvertes ultérieures, souvent malheureuses et invalidantes, la liste des médicaments retirés du marché qui ne cesse de s'allonger en est un exemple vérificateur probant, mais ce n'est la qu'un exemple, car dans pleins d'autres domaines, c'est le cas également, pesticides et herbicides par exemple, amiante, etc etc.

La multitude de cas révélant des résultats d'analyses, et d'autorisations de mise sur le marché de produits, techniques, ou technologies, dont pourtant parfois,certains chercheurs indépendants avaient pu lancé des alertes à leurs sujets, se révélant par la suite extrêmement dangereux, m'a amené à déjà me ranger du côté de ceux qui considèrent que les méthodes et les validations, sont à remettre en causes fondamentalement et presque systématiquement, et ce pour plusieurs raisons.

Ces raisons ne sont pas que scientifiques, elles sont parfois philosophiques.

Elles pouvaient déjà être méthodologiques à mon sens dans la mesure ou très souvent les recherches, tant pour arriver à un résultat, qu'au fait qu'elles sont faîte par des chercheurs qui vont eux mêmes bien souvent en acter la validité, sont orientées, balisées, quand ce n'est pas biaisées, par une volonté de résultats pré-déterminés, une récente étude révèle une situation grave par exemple dans la sécurité alimentaire où 59% des experts seraient en conflit d'intérêt.

Il y avait donc déjà plusieurs achoppements à l'exercice de la science tel qu'il est souvent mené, celui me paraissant le plus important, jusque là, résidait surtout dans la trop forte dépendance d'un grand nombre de chercheurs vis à vis de l'industrie, et des grands laboratoires qui la servent, qui peut faire suspecter, quand ils n'entraînent pas véritablement d'handicapant conflits d'intérêts, seulement un autre écueil pourrait bien chambouler encore davantage les maigres certitudes que l'on pouvait encore garder malgré tout, quand à la viabilité de la plupart des résultats scientifiques, le phénomène de non-reproductibilité, dont on nous dit dans l'article, qu'il s'avère souvent inopérant, invalidant de fait la certitude absolu du résultat précédent.

Si donc le curseur qui a permit jusque là de considérer comme inattaquable, ou en tout cas suffisamment sûr pour entériner un résultat, n'est effectivement pas placé au bon endroit, et laisse une trop grande part à une 'certitude aléatoire', c'est tout le système de validation qui tombe.

Sciences, sans reproductibilité, point de validité, alors qu'en est-il vraiment ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article