Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On les appelaient nos ordures et pourtant que de richesses !

Nos ordures, de l'or pour demain qui dure !

Biodéchets et recyclages seront deux pistes de revalorisation de ce qu'étaient nos poubelles et décharges d'hier.

La gestion des déchets de tous ordres est un des enjeux important des décennies à venir et bien au delà pour certains d'entre eux que je ne nommerais pas ici, car ce n'est pas vraiment le sujet, mais !

Tout d'abord ce qui devrait être la priorité des priorités, et bien que ce soit tellement logique, ce n'est pourtant pas vraiment la tendance actuelle, c'est de réfléchir et de mettre en oeuvre tous pour générer le moins possible de déchets, or pour de nombreuses raisons, nous sommes loin de réussir ce combat la.

Ce qui est terrifiant c'est de prendre conscience et de se rendre compte des entraves et des freins que mettent certaines industries à ce changement d'attitude générale nécessaire pour réduire d'abord nos déchets à la source, car pour de nombreuses filières, cela se traduit inévitablement par moins de productions, ainsi jusqu'à la filière même de gestion actuelle des déchets, des pressions sont exercées, pour que les choses n'avancent pas aussi vite qu'il le faudrait, ce qui explique en grande partie, à mon sens, le retard pris par la France, qui à ce sujet là comme à bien d'autre est très en retard sur nombre de pays développés.

Un article du CNIID lu tout à l'heure m'a amené à ce billet, une rapide recherche ma permis de trouver un exemple de gestion réussie en France :

Site de traitement des ordures ménagères de launay-Lantic, géré par le SMITOM, en Bretgne près de Saint Brieuc

Cet exemple montre que même avec de bonnes attitudes de tris sélectifs, tout n'est pas simple, et que pour arriver à un biodéchet acceptable, il faut déployer nombres de filtres, d'ou l'importance de promouvoir très en amont une gestion des déchets dès la source, et dans mon esprit quand je pense source, je pense 'conception' des produits commercialisés.

Je reste tout de même un peu perplexe quand à la qualité et à la non nocivité de ce type de biodéchet industriel, car je crains que malgré tout le soin visiblement apporté à la séparation des divers éléments, le simple contact préalable de ces déchets organiques, avec d'autres éléments notamment plastiques, ait pu déjà atteindre l'intégrité des bio-élements, sans compter que la plupart de nos déchets organiques, proviennent de productions sur lesquelles des traces de traitements pesticides et autres sont encore présents, c'est pourquoi, il vaudrait mieux retraiter ces biodéchets dès la source.

Le chemin est très long, et pour le moment encore on avance à tous petits pas !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article