Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le gaz de schiste restera sous terre, l'eau sera préservée de ce risque la au moins.

La décision est tombée, le Conseil Constitutionnel que l'on qualifie parfois de 'Conseil des sages' a statué et entériné la loi promulgué en 2011, qui interdit la 'fracturation Hydraulique'.

Qu'on ne s'y trompe pas, faut-il le rappeler, seules l'exploration et ou d'exploitation des gaz non conventionnels par 'fracturation hydraulique' est illégale, si un foreur décide demain d'explorer ou d'exploiter dans l'une des zones ou un permis lui est accordés, par le biais d'une autre technique cela lui sera toujours possible. Ne l'oublions pas, l'exploitation de gaz est active en France comme cela est confirmé ici,

Heureusement pour le moment seule la fracturation hydraulique est vraiment au point pour exploiter de manière optimum, et celle-ci reste donc interdite, il semble bien aussi, que cette technique là en particulier, accumule à elle seule un nombre conséquent d'impacts environnementaux, qui sont possiblement moindres ou en moins grand nombre avec d'autres techniques, mais cela reste à démontrer, et de toute façon, ce qu'il faut pour la sauvegarde de notre planète, c'est qu'on en finisse au plus vite avec l'utilisation d'hydrocarbures, quelque soit leur nature !

La décision était très attendu :

Les Sages ferment la porte à l'exploration du gaz de schiste

J'insiste ce titre est trompeur !

J'apprend qu'un sondage établi que 45% des français seraient contre l'exploitation contre 24% qui y seraient favorables, c'est plutôt rassurant, mais n'oublions jamais que le nucléaire par exemple, n'a pas lui non plus la faveur d'une majorité de Français et pourtant !

Une autre bonne nouvelle est tombé ces derniers jours, elle nous vient d'une décisions des Eurodéputés, qui ont majoritairement adopté des dispositions afin que les activités d'exploration et d'extraction d'hydrocarbures non conventionnels par fracturation hydraulique fassent obligatoirement l'objet d'une étude d'impact environnemental

Sauf que là encore seule la 'fracturation hydraulique' est visée, décidément l'erreur de départ d'isoler la fracturation hydraulique comme étant LA cause des pollutions diverses occasionnées lors d'exploitation de gaz non conventionnels, pourrait s'avérer fatale, à moyen terme, car s'il y a bien une chose de certaine, c'est que les industriels gaziers ne vont pas abdiquer comme cela, et qu'ils vont travailler d'arrache pied à consolider et améliorer d'autres techniques d'extractions, ou trouver d'autres stratagèmes, pour masquer la fracturation sous d'autre terminologies, ce qu'ils ont déjà tenté de faire.

Cette quand même 'bonne nouvelle', et celle-ci est doublé d'une autre avancée majeure, qui pourrait bien avoir encore plus d'impact, c'est que les parlementaires européens se sont également prononcés en faveur de mesures pour empêcher les conflits d'intérêt entre les maîtres d'ouvrage et les personnes menant les études et pour que le public soit informé et consulté sur le déroulement des projets.

La seule vrai bonne nouvelle, c'est que l'accès à l'eau va être préservé, et que ce ne sera pas du luxe, car une récente étude, met en évidence la confirmation d'une mauvaise nouvelle celle-ci , c'est que l'eau se fait plus rare, qu'elle a baissé en volume lors de ces 40 dernières années, surtout dans le sud de la France.

Cette étude, démontre malheureusement que ce qui était craint s'avère effectivement vrai, l'accès à l'eau va être de plus en plus délicat, et qu'il va falloir absolument en réfléchir très sérieusement les utilisations, car l'étude a constaté une augmentation des déséquilibres entre ressources et usages de toutes natures, dans plusieurs régions. "Ces déséquilibres, plus apparents encore à travers les sécheresses récentes - en dépit du retour d'années humides - risquent, pour une part au moins, d'être aggravés par les perspectives de changement climatique, mais aussi plus généralement de changement global (démographie, demandes agricole et énergétique, urbanisation...)", analysent les auteurs.

Gardons nous en alerte, car nous en avons pas fini avec ces combats là !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article