Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

FMI, Dettes, Épargnes, "On off",1%, tout y passe ou presque, le chambardement financier !

Je ne m'aventure pas souvent sur ces sentiers du domaine de la finances, qui sont des autoroutes pour les spéculateurs, ceux qui sont déjà assez riches, pour se permettre de jouer avec de l'argent dont ils n'ont pas besoin au quotidien, mais force est de se rendre à l'évidence, l'argent est le nerf de la guerre, comme on dit, et la finance doit en être le cœur.

Les dettes des Etats gonflent, malgré tout ce qui à été fait jusque là, diront certains, mais en réalité, ce qu'il faudrait comprendre, c'est que c'est en fait à cause de ce qui a été fait jusque là, que ces dettes explosent.

Le système financier dans son ensemble est au bord de l'explosion, bien qu'on veuille nous faire croire le contraire, non le système financier n'est plus viable, il est au bord du gouffre, toutes les tricheries, les spéculations, les détournements, les paradis fiscaux, les bulles, les optimisations, les opérations boursières aveugles et exponentielles, et la liste pourrait continuer, ont fini pour enrayer la machine à créer de la fausse richesse, et en faisant supporter aux Etats de fausses dettes, oui j'ose le dire comme cela, la plupart des richesses sont virtuelles, et les dettes elles, sont pour une grandes part illégitimes, optimisées par des manipulations de taux de remboursement inacceptables, que les banques privées, à qui on a donné les rennes, font supporter directement aux pays et donc aux citoyens par conséquent. Il suffit d'ouvrir les yeux sur la façon dont on accable les pays en difficultés, en leurs faisant supporter des taux de remboursement à la hausse. ,

La première question qu'il est donc nécessaire de poser, et que bien sur tous les capitalistes, hommes de pouvoir et économistes ralliés à leurs causes, ils ne le sont pas tous, occultent, puisqu'ils en sont bénéficiaires, est doit-on vraiment rembourser une dette qui a été artificiellement gonflée, par et au profit des instances privées financières ?

Ce serait à mon avis le préalable dont on devrait tous s'emparer, pour que la légitimité et la légalité de la dettes soit éprouvées, et statuée, par le peuple,

L'instabilité est-telle, que les esprits s'échauffent, à tel point que le conservatisme des idées jusque là indécrottable, pourrait bien voler en éclats, c'est ainsi que le FMI, au travers de son dernier rapport, sort des sentiers rebattu, pour proposer deux alternatives, jusque là déjà imaginée, mais rarement utilisées et on ne pourra pas dire que l'une comme l'autre vont faire grincer des dents, toutes les dents, suggère-t-il !

La première, qui n'est pas celle qui a fait déjà s'insurger nombres citoyens internautes ces derniers jours, mais que je place pour ma part en avant, car cette idée là est celle que je défend depuis que j'ai appris à m'informer sur l'état du monde actuel :

Quand le FMI suggère de taxer les riches

La seconde, m'a mis hors de moi, et m'a poussé à ce billet d'humeur :

Pour réduire la dette, l'idée d'une «supertaxe» sur le capital ressurgit

Une taxe de 10% sur toutes les épargnes des citoyens, enfin ceux qui ont leurs épargnes sur des comptes bancaires car toutes les autres formes de possessions de richesses et les comptes anonymes, de quelques natures qu'ils soient, passeraient à l'as si je comprend bien, et quand je lis par ailleurs que cette mesure serait considérées comme

universelle et égalitaire, je suis sidéré qu'on puisse à ce point être cynique, et aveugle, comment oser parler d'égalité, quand pour certains ce serait ni plus ni moins que mettre en danger leur survie même alors que pour d'autres, cela ne ferait que baisser, certes dans une même mesure, que leurs économies dont ils ne se serviront sans doute jamais tant leurs chiffres dépassent ce que le commun des mortels est capable de comprendre, et mesurer, c'est ahurissant.

On ne vit décidément pas dans le même monde, ils sont hors de toute réalité, tellement aveuglés par leurs richesses virtuelles. ils ont perdu toute sens de la vie telle qu'elle est vécu par les 80 % de la population qui elle se débats, dans la crainte et la rudesse certains ne pouvant même pas se nourrir, boire à satiété, se vêtir, se soigner, c'est à vomir !

Vaut mieux que j'arrête là, sinon....

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article